Le caoutchouc, prochaine pénurie qui menace l’industrie automobile?

Publié le 13 avril 2021 dans Actualité par Guillaume Rivard

Après les batteries de véhicules hybrides et électriques, les semi-conducteurs, certains métaux et même la mousse de sièges, l’industrie automobile pourrait rapidement faire face à une pénurie de pneus.

Considérant qu’ils sont le seul point de contact entre tous les véhicules et la route, c’est une affaire à prendre très au sérieux.

L’approvisionnement mondial de caoutchouc naturel est rendu à un stade critique, préviennent des analystes.

D’une part, des conditions climatiques difficiles et une maladie dévastatrice affectent les plantations d’hévéa (l’arbre qui donne le latex servant à fabriquer le caoutchouc) dans les principaux pays producteurs comme la Thaïlande et le Vietnam.

D’autre part, la Chine s’est accaparé d’importantes réserves, ce qui n’est pas le cas en Amérique du Nord, où certains fournisseurs font des pieds et des mains en ce moment pour éviter le pire.

C’est un peu comme avec le papier de toilette au début de la pandémie de COVID-19 (tout le monde s’en souvient), mais cette fois le caoutchouc est visé. L’explosion de la demande pour des gants en caoutchouc dans les secteurs médicaux et sanitaires n’aide pas non plus.

Afin de limiter leurs dépenses, les constructeurs automobiles n’ont pas l’habitude de prévoir leurs inventaires de pièces et de matériaux très longtemps à l’avance, incluant les pneus, ce qui les place encore une fois dans une situation sans grande marge de manœuvre.  

N’oublions pas que le caoutchouc sert aussi à toutes sortes de joints, de supports et de pièces antivibration dans les véhicules.

Ford et Stellantis (anciennement FCA) ont déclaré à Bloomberg qu’ils suivent les choses de près, mais ne sont pas encore directement affectés. General Motors avoue ne pas être trop inquiet pour l’instant.

« L’étau se resserre, pas de doute là-dessus, a affirmé une porte-parole du cabinet Foley and Lardner LLP, qui représente des fabricants de pièces automobiles. On est loin d’atteindre le niveau de la pénurie de semi-conducteurs, mais l’enjeu a définitivement pris de l’ampleur. »

Le prix du caoutchouc naturel a récemment atteint un sommet en quatre ans, à environ 2 $ le kilo, et l’ancien PDG de Halcyon Agri Corp., Robert Meyer, croit qu’il grimpera à plus de 5 $ d’ici le milieu de la décennie.

En vidéo : Des explications sur la pénurie de semi-conducteurs

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×