Dodge Durango Hellcat 2021 : quossé ça?

Publié le 28 juin 2021 dans Essais par Marc-André Gauthier

Le Dodge Durango Hellcat 202 1 est l’un des véhicules les plus étranges actuellement proposés sur le marché.

Étrange? Mais pourquoi?

Pensez-y! On parle d’un VUS entre l’intermédiaire et le pleine grandeur, accueillant 6 à 7 passagers selon la configuration, un peu vieillot, sur lequel on a greffé des freins de course, des suspensions ajustables, et surtout un méchant gros moteur dont la puissance dépasse les 700 chevaux!

Qui plus est, Le Durango Hellcat ne sera produit que pour l’année 2021. Comme si Dodge voulait faire une sorte de blague, en offrant un VUS « de famille » avec plus de puissance que n’importe quel rival allemand! Et le pire dans tout ça, c’est que la blague fonctionne vraiment, mais vraiment bien. À un point où Dodge en fabriquera davantage que prévu tant la demande est importante!

On parle quand même d’un bolide de plus de 120 000 $, un prix qui amène le Durango dans un marché dominé par les BMW X5 M et Mercedes-AMG GLE 63 de ce monde. Vous vous en doutez déjà, il a la puissance, mais pas la tenue de route ni la qualité de finition de ces derniers.

C’est donc une drôle de machine, le Durango Hellcat, et vous êtes invité à le découvrir avec nous.

Photo: Marc-André Gauthier

Un produit de luxe ?

Quand on voit le prix du Durango Hellcat, on est en droit de s’attendre à un produit de luxe. Par contre, n’oubliez pas qu’à la base, le Durango est un VUS intermédiaire dont le prix de départ est presque trois fois moins que celui de la version Hellcat.

Dans l’habitacle, si le style est correct, la qualité des matériaux utilisée est « ordinaire », dans la mesure où l’on est loin d’une voiture de luxe d’un prix similaire.

Photo: Marc-André Gauthier

Cela dit, le Durango Hellcat a les mêmes qualités qu’un Durango ordinaire. Quelles sont-elles ? Eh bien, l’intérieur est vraiment spacieux. Alors que les VUS de luxe allemands sont de plus en plus étriqués, le Durango est pratiquement un salon roulant, malgré le fait qu’il ne soit pas considéré comme un VUS pleine grandeur. Ainsi, on a des places avant confortables, des places centrales avec un bon dégagement pour la tête et pas trop mal pour les jambes, sans oublier deux places arrière utilisables.

Le Durango a aussi accès au nouveau système d’infodivertissement Uconnect 5 de FCA, qui vient rehausser le produit de par ses fonctionnalités, ses graphiques, et sa simplicité d’utilisation.

Mais en dépit de ces qualités, on ne peut vraiment pas qualifier le Durango de véhicule de luxe. Qu’est-ce que c’est, alors?

Un muscle truck?

Il semblerait que la meilleure manière de qualifier le Durango Hellcat soit par le sobriquet muscle truck. Vous connaissez les muscle cars, n’est-ce pas? Il s’agit de voitures « normales » abritant un moteur à la limite de ce que le châssis peut prendre en matière de couple et de puissance.

C’est exactement ça, le Durango Hellcat : un VUS intermédiaire normal dans lequel on a monté un gros moteur.

Photo: Marc-André Gauthier

Est-ce que ce moteur à lui seul est suffisant pour justifier le prix? En quelque sorte… Voyez-vous, le V8 suralimenté de 6,2 litres du Durango Hellcat déploie 710 ch et 640 lb-pi de couple. C’est beaucoup. Il envoie sa puissance aux quatre roues à l’aide d’une transmission automatique à 8 rapports.

Il permet à ce  mastodonte de faire le 0 à 100 km/h en moins de 4 s, et au-delà de nos limites de vitesse, il demeure très rapide en accélération.

Photo: Marc-André Gauthier

Comment est la conduite? Surprenante! Dodge a muni ce spécimen de suspensions ajustables, de gros pneus, de gros freins, et ça fonctionne plutôt bien. Le Durango Hellcat peut encaisser jusqu’à 1,2 G de force latérale, ce qui en fait l’un des bons VUS de performance à ce chapitre. Et comme on a de gros pneus relativement épais, il demeure vraiment confortable, ce qui n’est pas le cas d’un BMW X5M Competition, par exemple.

En matière de performances, le Durango Hellcat peut se comparer à n’importe quel VUS du genre. Pour ce qui est du raffinement et de la précision de conduite, pas du tout. Mais bon, il est tellement unique, et rare, que l’on comprend tout à fait ceux qui se sont empressés d’aller l’acheter. Si vous pouvez vivre avec une consommation frôlant les 25 L/100 km, pourquoi pas!

En vidéo: la fin approche pour le moteur Hellcat

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Dodge Durango 2021
Version à l'essai SRT Hellcat
Fourchette de prix 48 270 $ – 115 270 $
Prix du modèle à l'essai CA$115,270
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 20.5 / 13.8 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Chevrolet Traverse, Ford Explorer, GMC Acadia, Honda Pilot, Hyundai Palisade, Kia Telluride, Mazda CX-9, Nissan Pathfinder, Subaru Ascent, Toyota Highlander, Volkswagen Atlas
Points forts
  • Look « sleeper »
  • Confortable
  • Spacieux
  • Ça marche en maudit!
Points faibles
  • Tenue de route moyenne
  • Places arrière manquent de dégagement
  • Direction floue
  • Ridiculement dispendieux
Fiche d'appréciation
Consommation 1.0/5 Un moteur Hellcat, ça boit comme s'il n'y avait pas de lendemain. On parle d'une consommation moyenne qui dépasse les 20 L/100km
Confort 4.0/5 Sans doute le VUS de performance le plus confortable du marché.
Performances 4.5/5 Les accélérations sont foudroyantes!
Système multimédia 4.5/5 Nouvelle version du système Uconnect, toujours aussi simple à utiliser!
Agrément de conduite 4.0/5 Plaisant et confortable, la conduite du Durango Hellcat est agréable au quotidien, et impressionnante quand on appuie à fond.
Appréciation générale 4.0/5 Confortable, rapide comme l'éclair, le Durango Hellcat est un drôle de produit éphémère, dispendieux, dont la popularité se comprend...
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×