Kia Carnival 2022 : 5 choses qu’on aime et 5 qu’on aime moins

Publié le 22 juin 2021 dans Essais par Guillaume Rivard

Les fourgonnettes modernes doivent se réinventer et user de créativité si elles espèrent freiner leur extinction au profit des VUS. C’est ce que tente de faire la nouvelle Kia Carnival 2022, cette remplaçante de la Sedona qui vient fraîchement de débarquer sur le marché canadien.

Tout en la disant inspirée des VUS, le constructeur coréen décrit la Carnival comme un « Véhicule Infiniment Évolutif ». Pas sûr que cet acronyme va coller et faire partie du jargon populaire, mais au-delà du marketing, l’effort de Kia est certainement louable.

Nous avons eu récemment eu l’occasion de passer une semaine complète avec la Kia Carnival. Voici donc cinq choses que l’on aime et cinq que l’on aime moins de cette nouvelle Kia.

On aime : le prix

Nous avons testé une version haut de gamme SX qui se vend à partir de 48 595 $, mais la Carnival débute à 34 795 $ (transport et préparation en sus). C’est seulement 800 $ de plus que le Sorento 2021 de nouvelle génération, lui aussi à trois rangées mais avec beaucoup moins d’espace. Les autres fourgonnettes sur le marché ont toutes une facture nettement supérieure, incluant la Grand Caravan (37 995 $) maintenant vendue sous la bannière de Chrysler.

Photo: Guillaume Rivard

On aime moins : la version de base LX

Quand on prend le temps d’examiner les détails de l’équipement, la moins dispendieuse des Carnival nous laisse sur notre appétit. Pas de volant ni de sièges avant chauffants, pas de réglages électriques pour le conducteur, de climatiseur à multiples zones, de prise de 110 volts, de portières coulissantes à commande électrique ou de longerons de toit – pourtant pratiques pour des familles québécoises.

Mieux vaut opter minimalement pour une version LX+ offerte à partir de 38 295 $. Comptez un autre 4 000 $ pour la version suivante, EX.

Photo: Germain Goyer

On aime : le style moderne

Du nouveau logo de Kia à la grosse calandre entièrement repensée en passant par les feux de jour arborant une ligne accrocheuse, la Carnival 2022 est résolument moderne. Son design et sa posture (avec une garde au sol plus généreuse) aident un peu à oublier le fait qu’il s’agit d’une fourgonnette, avec des airs de Ford Explorer sous certains angles. Les versions EX et supérieures ont encore plus fière allure, notamment avec leurs belles roues de 19 pouces.

Photo: Kia

On aime moins : le tape-à-l’œil

Ce style accrocheur vient au prix d’une surabondance de chrome et autres garnitures au fini métallisé. C’est le cas à l’extérieur, peu importe où l’on regarde, mais également dans l’habitacle, en particulier sur la planche de bord. La version SX atténue un tant soit peu l’effet avec ses jantes noires, mais un véritable ensemble Sport ou une édition Nocturne serait souhaitable.

Photo: Guillaume Rivard

On aime : la sécurité

Kia ne lésine pas sur la sécurité avec une foule de dispositifs, notamment l’assistance de suivi et de maintien de voie, le régulateur de vitesse intelligent, l’avertisseur de perte d’attention du conducteur et l’assistance d’évitement de collision frontale – tous inclus de série.

Certaines versions ajoutent le freinage d’urgence automatique en marche arrière et la surveillance des angles morts avec un affichage dans le bloc d’instruments quand on actionne les clignotants, ce qui est très apprécié.

Photo: Kia

On aime moins : l’absence d’un rouage intégral

Demander à Kia d’offrir une version hybride pour rivaliser avec les Toyota Sienna et Chrysler Pacifica est-il exagéré? Le Sorento en propose bien une. Et pourquoi pas un rouage intégral en option comme pour ces deux rivales? Pour un nouveau véhicule qui se veut « infiniment évolutif » et une alternative aux VUS, une simple traction ne convaincra personne.

Au fait, le moteur sous le capot est un V6 de 3,5 litres qui développe 290 ch et 262 lb-pi de couple – en hausse par rapport au V6 de 3,3 litres de la Sedona (276 ch, 248 lb-pi). Jumelé à une douce boîte automatique à huit rapports, il consomme 10,6 L/100 km en moyenne, exactement comme la Pacifica ordinaire et la Honda Odyssey.

Photo: Guillaume Rivard

On aime : l’interface multimédia

Qu’il mesure 8 ou 12,3 pouces, l’écran central de la Carnival 2022 est convivial de par son orientation vers le conducteur, son affichage moderne et attrayant ainsi que par son système multimédia simple à utiliser, comme dans les autres modèles Kia en général. La seule bonne raison d’utiliser Apple CarPlay ou Android Auto est si vous n’avez pas de système de navigation, réservé aux deux versions les plus coûteuses. Points bonis pour l’image claire de la caméra permettant de voir les passagers arrière.

Photo: Guillaume Rivard

On aime moins : les commandes en dessous

Cela dit, les commandes tactiles qui se trouvent sous l’écran central ne sont pas idéales. Jolies parce qu’elles se fondent dans le panneau noir, certes, mais difficiles à repérer et à utiliser sans quitter la route des yeux. Même en étant habitué à leur emplacement, des distractions sont à prévoir en conduisant.

Photo: Guillaume Rivard

On aime : les sièges VIP

Exclusifs à la Carnival SX (sept places), les sièges capitaine de luxe à la deuxième rangée sont dignes de la première classe. Mentionnons d’abord qu’ils sont coulissants en longueur et en largeur pour adapter le dégagement à notre guise. Leur confort n’est pas mal non plus. Enfin, on peut non seulement incliner le dossier, mais aussi déplier le repose-pieds pour le summum de la détente. Il faut juste jouer à l’arbitre pour décider quel membre de la famille aura le privilège de s’y asseoir!

Photo: Kia

On aime moins : la conduite peu excitante

Le gain de puissance par rapport à la Sedona est apprécié, mais la Carnival reste une fourgonnette qui peut atteindre 2 140 kilogrammes (4 718 livres). Ça paraît lors des départs arrêtés et surtout lors des virages. De plus, le roulement a beau être confortable grâce à la suspension avant à jambes McPherson et à la suspension arrière à bras multiples, la direction n’a rien qui s’apparente à la conduite d’une voiture. Il existe des véhicules à trois rangées qui procurent de bien meilleures sensations au volant.

En vidéo : Assiste-t-on à la renaissance des fourgonnettes?

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Kia Carnival 2022
Version à l'essai SX
Fourchette de prix 34 495 $ – 48 295 $
Prix du modèle à l'essai 48 295 $
Garantie de base 5 ans/100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 12,0 / 8,9 / 10,5 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Chrysler Grand Caravan 2022, Chrysler Pacifica 2021, Honda Odyssey 2022, Toyota Sienna 2021
Points forts
  • Prix intéressants
  • Habitacle spacieux et convivial
  • Belle interface multimédia
  • Allure qui fait moins fourgonnette
Points faibles
  • Pas d’hybride ni de rouage intégral
  • Pas la plus agréable à conduire
  • Certains éléments tape-à-l’œil
  • Version de base pas très intéressante
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 En plein dans la moyenne des fourgonnettes à moteur V6, mais pas d’hybride au menu.
Confort 4.0/5 L’espace et le confort sont bien au rendez-vous. La version SX mériterait presque un 9.
Performances 3.5/5 Le nouveau V6 est plus puissant, mais ça reste un véhicule pesant.
Système multimédia 4.0/5 Bravo pour l’écran central. Les commandes en dessous causent toutefois des distractions.
Agrément de conduite 3.0/5 Correcte, sans plus. L’absence d’un rouage intégral en option est décevante.
Appréciation générale 4.0/5 Un bel effort de Kia, qui n’en fait par contre pas assez pour s’imposer devant la concurrence.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×