La Koenigsegg Jesko à 4 M$ est enfin prête

Publié le 16 juillet 2021 dans Actualité par Guillaume Rivard

Après l’Aston Martin Valhalla plus tôt cette semaine, c’est maintenant au tour de la Koenigsegg Jesko de se dévoiler en version de production. Rappelons que la voiture a été présentée pour la première fois au Salon de l’auto de Genève en 2019.

Pour souligner l’occasion, le constructeur a choisi la même peinture orange éclatante que pour sa CCR d’il y a 15 ans.

Avant d’aller plus loin, clarifions une chose : seulement 125 exemplaires de cette hyper sportive suédoise seront fabriqués et ils sont déjà tous réservés, malgré un prix de départ de 3 millions $ américains (environ 3,8 millions $ canadiens). Les livraisons vont débuter tôt l’an prochain.

Photo: Koenigsegg

Il existe deux versions de la Jesko, nommée en l’honneur du père de Christian von Koenigsegg, fondateur de la compagnie. La première, capable de générer un appui au sol de plus de 3 000 livres, est conçue pour les meilleurs chronos en piste. La seconde, appelée Jesko Absolut, n’a pas d’aileron arrière et vise plutôt les records de vitesse. Elle devrait d’ailleurs être en mesure de dépasser les 300 mi/h (483 km/h).

Chacune renferme un V8 biturbo de 5,0 litres qui développe une puissance de 1 280 chevaux et un couple de 1 106 livres-pied en l’abreuvant d’essence super. Ça grimpe à 1 600 chevaux avec du biocarburant E85 – une centaine de plus que l’Agera RS. Le régime maximal du moteur s’élève quant à lui à 8 500 tours/minute. 

Photo: Koenigsegg

Surnommée « Light Speed Transmission », la boîte automatique à neuf rapports qui l’accompagne est une merveille technologique qui permet de sauter des rapports comme si ceux-ci n’existaient pas, par exemple de la septième à la quatrième vitesse, sans le moindre heurt. Elle profite également d’une gestion électronique appelée Ultimate Power On Demand ou UPOD, qui choisit le rapport optimal lors des accélérations.

En plus d’une suspension retravaillée, la Koenigsegg Jesko possède des roues arrière directionnelles pouvant pivoter jusqu’à un angle de trois degrés dans la même direction que celles d’en avant – bonifiant l’agilité et la stabilité à haute vitesse – ou dans la direction opposée lors des manœuvres à basse vitesse, réduisant le diamètre de braquage.

Photo: Koenigsegg

À l’instar de la Regera, elle dispose d’une télécommande pouvant actionner l’ouverture des portes et des capots à distance, alors que les entrées et les sorties de la voiture sont facilitées par des charnières de porte mieux articulées. L’intérieur regorge de cuir, d’alcantara, de fibre de carbone et d’aluminium. Le volant comprend deux petits écrans tactiles pour régler les fonctions audio, de téléphone et du régulateur de vitesse.

Quant à la Koenigsegg Gemera annoncée en mars 2020 et prévue en 300 exemplaires, on ne sait pas encore quand la production va s’amorcer. Décrite comme une « méga GT », cette bombe à motorisation hybride produit 1 700 chevaux et 2 580 livres-pied de couple. Elle peut atteindre 100 km/h en seulement 1,9 seconde et 400 km/h en moins de 20 secondes. Oui, vous avez bien lu!

En vidéo : Gabriel Gélinas présente la Koenigsegg Jesko à Genève

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×