McLaren 720S/765 LT - La totale

Publié le 1er janvier 2020 dans 2021 par Gabriel Gélinas

Super Series. C’est le nom donné par McLaren à ses bolides de milieu de gamme que sont les 720S, 720S Spider et 765LT dont les performances sont supérieures à celles de la Sport Series composée des 540, 570 et 600, et juste en-dessous de celles de la gamme Ultimate représentée par la Senna, la Speedtail, et la Elva à cockpit ouvert.

Qu’il s’agisse de la 720S traditionnelle ou de la 720S Spider (décapotable), ces deux voitures comptent sur un arsenal de composantes dérivées de la compétition avec structure monocoque en fibre de carbone, aérodynamique active, suspensions adaptatives pilotées, prises d’air sur les ailes arrière avec canalisations gavant les deux turbocompresseurs, freins en composite de céramique, et même un poste de pilotage avec affichage spécifique pour la conduite sur circuit. Bref, la totale…

Furieuse mais docile

Un système de départ-canon permet d’exploiter tout le potentiel du V8 biturbo, alors que la 720S fait patiner ses pneus arrière sur ce qui paraît être une seule rotation, pour ensuite décoller furieusement et atteindre 100 km/h en 2,9 secondes, puis 200 km/h en 7,8 secondes. Dans les virages rapides, l’équilibre de la 720S impressionne au plus haut point en s’accrochant littéralement au bitume. Pour ceux qui veulent jouer les héros, la 720S est équipée d’une fonction Drift que l’on peut paramétrer au préalable, par l’entremise de l’écran central, pour choisir l’angle de dérive maximal avec lequel on est prêt à composer, avant l’intervention du système électronique de contrôle de la stabilité, rien de moins… L’aileron se déploie à 30% lors des accélérations franches, pour se soulever en virage et même se braquer à 100% pour se transformer en aérofrein au freinage, afin de stabiliser le train arrière lors des décélérations massives. À ce sujet, il faut préciser que la 720S demande une pression assez forte sur la pédale de frein, même en conduite normale au quotidien, ce qui est souvent le propre des autos sport équipées de freins en composite.

L’éclair de génie des McLaren, c’est que les calibrations de la motorisation sont dissociées de celles du châssis, et que les deux sont paramétrables indépendamment de l’autre au moyen de deux molettes rotatives. Comme trois modes (Comfort, Sport ry Track) sont disponibles, il devient possible de régler les liaisons au sol en mode Comfort et la motorisation en mode Sport pour la conduite au quotidien. Avant d’attaquer une bretelle d’accès ou une sortie d’autoroute, il suffit de régler le châssis en mode Sport ou Track pour exploiter la tenue de route au maximum. Les portières en élytre impressionnent et donnent accès à un habitacle reprenant le thème d’un cockpit. Une fois bien calé dans le siège, on découvre un grand écran couleur remplaçant le traditionnel bloc d’instruments. En sélectionnant le mode Track , cet écran pivote vers le bas et se rétracte pour n’afficher qu’une fine lame indiquant seulement le rapport de boîte qui est engagé, la vitesse de la voiture et les révolutions du moteur, histoire de ne livrer au pilote que les informations nécessaires à la conduite sur circuit.

765LT

La McLaren 765LT, variante plus radicale de la 720S, n’a pas connu sa première mondiale dans le cadre traditionnel du Salon de l’auto de Genève, annulé à la dernière minute à cause de la pandémie, mais plutôt sur Internet. Comme toujours chez McLaren, le chiffre de la désignation évoque la puissance du moteur V8 biturbo de 4 litres aux normes européennes, ce qui correspond à 755 chevaux aux normes nord-américaines, alors que les lettres LT signifient Long Tail. par ailleurs, la 765LT est dotée d’une poupe allongée, d’un aileron/aérofrein plus grand de 20% comparativement à la 720S, et d’un diffuseur savamment étudié. Produite à seulement 765 exemplaires, la 765LT se démarque aussi par ses quatre sorties d’échappement centrales en titane, localisées juste sous l’aileron arrière, et par son poids plume puisqu’elle pèse 80 kilos de moins que la 720S. Le régime minceur de la 765LT est d’ailleurs éloquent : jantes forgées avec boulons en titane, sièges de compétition et panneaux de carrosserie en fibre de carbone, vitrage du capot moteur en polycarbonate, et j’en passe. On s’attend également à ce que McLaren développe une version Spider en cours d’année 2021.

Les voitures de la Super Series que sont les 720S, 720S Spider et 765LT sont véritablement des bagnoles aux performances exceptionnelles avec lesquelles on peut envisager une conduite au quotidien durant la belle saison. Leur dynamique est au top et leurs formes aimantent le regard. Que vous choisissiez l’une ou l’autre de ces McLaren, préparez-vous à être le centre d’attraction partout où vous roulerez.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×