Pénurie de puces électroniques : un fabricant se montre très pessimiste

Publié le 27 août 2021 dans Actualité par Guillaume Rivard

Rohm Co., le fabricant japonais de semi-conducteurs, affirme que ces pièces si importantes pour les véhicules et autres systèmes électroniques demeureront en quantités très limitées au moins jusqu’à la fin de 2022.  

Le fournisseur pour Toyota, Honda et Ford, entre autres, doit composer avec une grave pénurie de matériaux essentiels ainsi que des lignes d’assemblage déjà utilisées au max.

Un investissement de 70 milliards de yen (804 millions $ canadiens) dans l’année fiscale en cours viendra aider, mais les effets ne se feront sentir que plus tard, a prévenu son chef de la direction, Isao Matsumoto, dans une entrevue pour le site Automotive News.

D’autres fournisseurs comme Bosch et Infineon Technologies sont sortis publiquement dans les dernières semaines pour avertir que la crise était loin de s’améliorer, quoi qu’en dise l’administration du président américain Joe Biden.

Le variant delta du coronavirus complique les efforts pour reprendre les opérations sur une base normale dans différentes usines, notamment en Asie. À cela s’ajoutent les problèmes de logistique et de transport pour distribuer les semi-conducteurs aux entreprises qui les commandent.

La semaine dernière, Toyota a annoncé une réduction de sa production mondiale de 40% en septembre en raison de la pénurie. Ford vient tout juste de décréter de nouveaux arrêts de production à trois usines nord-américaines, dont deux qui fabriquent le populaire F-150.

Bon nombre de constructeurs automobiles et d’analystes de l’industrie prévoient maintenant que les retards causés par le manque de semi-conducteurs s’estomperont en 2023.

En vidéo : pénurie de puces électroniques - explications

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×