Ventes de véhicules : prix records et inventaires qui roulent à fond

Publié le 15 novembre 2021 dans Actualité par Guillaume Rivard

Dans le contexte de la pénurie de véhicules neufs, les coûts ne cessent d’augmenter et les consommateurs en subissent les conséquences.

Le prix moyen pour l’achat ou la location d’un véhicule neuf au Canada a augmenté à 42 744 $ au terme du troisième trimestre de 2021, selon les données de la firme J.D. Power. Il s’agit d’un sommet historique.

En même temps, les incitatifs consentis aux clients sont à leur niveau le plus bas, soit 3 800 $ par véhicule en moyenne comparativement à 5 700 $ pour la même période il y a deux ans.

Or, même si les véhicules coûtent plus cher, les prêts automobiles ne s’étirent pas pour autant. Comme la valeur des véhicules d’échange a elle aussi beaucoup augmenté, les gens n’ont pas vraiment besoin de se tourner vers des prêts plus longs, par exemple sur 84 ou 96 mois, remarque J.D. Power.

L’élément qui pourrait changer la donne dans la prochaine année, bien sûr, est une hausse des taux d’intérêt. Ou plusieurs. La banque Scotia, entre autres, en prévoit au moins six dans la seconde moitié de 2022 et la première moitié de 2023.

Photo: Guillaume Rivard

Un autre bon indicateur de la situation sans précédent que traverse l’industrie automobile en ce moment est le roulement d’inventaire. Le temps que passe un véhicule neuf chez le concessionnaire, de son arrivée dans la cour jusqu’à sa vente au client, est normalement de 70 jours environ. Il se trouve maintenant à 45 jours.

Des modèles très populaires comme certaines camionnettes s’écoulent en moins d’une semaine. Selon J.D. Power, 53% de tous les véhicules neufs partent en moins de 20 jours actuellement.

Après une année 2020 où les ventes canadiennes ont chuté de 20% pour s’établir à 1,55 million d’unités, 2021 devrait se terminer avec une légère hausse, mais rien pour véritablement réjouir les constructeurs automobiles, qui continuent de faire face à divers problèmes d’approvisionnement et de transport.

La firme DesRosiers Automotive Consultants estime à 19,6% la baisse des ventes de véhicules neufs au pays durant le mois de septembre et à 17,7% en octobre – essentiellement attribuable à la pénurie de certaines pièces notamment des semi-conducteurs.

Heureusement pour les concessionnaires, les marges de profit se maintiennent à un niveau record—le double de la normale, précisent les économistes.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×