GM mise sur les gros véhicules électriques et invite Biden dans sa nouvelle usine

Publié le 17 novembre 2021 dans Actualité par AFP

General Motors ouvre officiellement mercredi sa toute première usine de camion sans émission de gaz d’échappement aux États-Unis, faisant le pari, comme les autres grands constructeurs automobiles de Détroit, que l’avenir de l’électrique dans le pays passera aussi par les gros véhicules.

Pour inaugurer la version remodelée d’une usine vieille de 36 ans, GM pourra compter sur la présence du président américain Joe Biden à Hamtramck, dans le Michigan, dans le nord du pays.

Le groupe dirigé par Mary Barra livrera ensuite ses premiers GMC Hummer électriques, la version civile du 4X4 à tout faire de l’armée américaine, d’ici la fin de l’année.

Photo: GMC

Il damera ainsi le pion à Ford et à la version électrique de sa populaire camionnette à plateau F-150 Lightning, dont les premières livraisons doivent avoir lieu au printemps 2022, et à Stellantis (ex-Chrysler), qui prévoit de commencer à proposer des versions électriques des camions de la marque Ram en 2024.

Les Hummer électriques arriveront toutefois sur le marché quelques semaines après les pickups R1T de la startup Rivian, dont la valeur a dépassé mardi en Bourse celle du géant allemand du secteur Volkswagen en ayant produit à peine quelques centaines de véhicules.

Photo: Rivian

Les pickups et leurs marges généreuses sont devenus des vaches à lait pour les constructeurs automobiles, notamment car ils profitent d’une demande solide de la part des entreprises de gros travaux ou des collectivités publiques. 

Or certaines de ces organisations se sont engagées à réduire leur empreinte carbone et devront commander des véhicules sans émission. 

La question, estiment plusieurs analystes, est plutôt de savoir si les particuliers suivront. 

Les constructeurs traditionnels « ne vont pas jouer leur avenir sur les pickups électriques. Ils vont commencer doucement », affirme ainsi Michelle Krebs, analyste pour Cox Automotive.

Photo: Antoine Joubert

La trajectoire du marché dépendra de l’évolution plus générale des transports aux États-Unis, les ventes de véhicules électriques n’y représentant encore que 3 %. 

Pour les doper, le grand plan sur les infrastructures promulgué lundi par Joe Biden prévoit entre autres mesures 7,5 milliards de dollars pour de nouvelles bornes de recharge.

Gagne-pain

Les géants de Détroit se sont de plus en plus appuyés ces dernières années sur les ventes de leurs camions, avec des clients dépensant de plus en plus pour divers gadgets et options de confort.

Le prix moyen d’un pickup a gonflé de plus de 40 % entre 2009 et 2019, à près de 50 000 dollars, selon un rapport du cabinet Edmunds.

Cette catégorie de véhicules représentait un cinquième des ventes en 2020.

 

« Ils sont vraiment devenus le gagne-pain des compagnies de Détroit », affirme Jessica Caldwell d’Edmunds. Ces dernières « ne peuvent pas se permettre de laisser un nouvel entrant rafler le marché sur le segment de l’électrique et les pousser à la faillite ».

Les premiers Hummer électriques de GM sont vendus à 112 595 dollars sans option, soit deux fois plus que les camions les plus populaires.

Mais en offrant une version écologique du Hummer, un véhicule décrié par les protecteurs de l’environnement à sa sortie dans les années 1990 comme un symbole de l’hyper-consommation américaine, GM veut bousculer les idées préconçues sur les véhicules électriques.

Photo: Antoine Joubert

Pour promouvoir le Hummer « vert », GM ne met ainsi pas spécialement en avant la lutte contre le changement climatique, mais insiste sur la puissance du véhicule hors des chemins routiers, son intérieur élégant et son système d’aide à la conduite.

Si les contours extérieurs rappellent encore un tank, ses designers soulignent les effets de lumière bleutés quand le véhicule est en charge.

Et la combinaison des couleurs noire et grise est « plus à la mode que celle des pickups traditionnels », affirme Rich Scheer, chargé du design du véhicule. 

L’acheteur lambda de camion est « plutôt conservateur », reconnaît-il. Mais certains d’entre eux « tomberont amoureux » de la façon dont le véhicule se comporte, assure-t-il.

Leurs principales préoccupations tourneront autour de l’autonomie et de la durée d’une recharge électrique, surtout s’ils l’utilisent pour de gros travaux, avance M. Scheer.

GM n’a pas encore dévoilé combien de Hummer électriques avaient été pré-commandés mais affirme que la première mouture est déjà épuisée et avoir prévu des années de production.

En vidéo : le «pick-up» électrique saura-t-il convaincre les sceptiques?

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×