On a visité l'usine de VinFast au Vietnam

Publié le 20 avril 2022 dans Électrique par Julien Amado

À quelques kilomètres de la ville de Hai Phong, dans le nord du Vietnam, notre autobus traverse une immense zone d’activité, avec des dizaines de hangars et d’entrepôts le long de la route principale. Quelques marécages qui n’ont pas encore été transformés témoignent de ce à quoi ressemblait cette région avant son industrialisation.

Soudain, on aperçoit sept grandes lettres vertes qui surplombent une gigantesque porte d’entrée. Impossible de confondre cet endroit avec un autre : nous arrivons chez VinFast.

Une fois descendus de l’autobus, nous pénétrons dans un bâtiment circulaire très moderne qui porte le même lettrage imposant.

Nous sommes accueillis par Thi Thu Thuy, présidente directrice générale de VinFast, pour une conférence de presse. C’est avec fierté qu’elle nous explique que les usines que nous allons visiter ont été construites en moins de deux ans. Avec un trait d’humour, elle ajoute que selon Google Maps, plusieurs bâtiments de l’usine se trouvent encore dans l’eau! Et comme vous pouvez le constater dans notre galerie photo, c’est vrai.

Photo: Google Maps

Technologie dernier cri

Depuis l’Occident, on peut parfois avoir une vision erronée de l’Asie du Sud-est. Une image de carte postale un peu stéréotypée, où des paysans avec des chapeaux pointus cultivent des rizières au milieu des montagnes... Et si nous avons effectivement vu des agriculteurs lors de notre voyage, nous avons aussi pu constater que le Vietnam dispose de grosses structures industrielles. Et en ce qui concerne l’usine de VinFast, sa taille et ses équipements montrent que les dirigeants ont manifestement dépensé sans compter.

Les différents bâtiments viennent de sortir de terre, et tous ceux que nous avons visités sont équipés d’une technologie dernier cri. Que ce soit la robotique ou l’informatique, ce que nous avons vu n’a rien à envier aux constructeurs occidentaux. Si l’on excepte les consignes de sécurité écrites en vietnamien pour les ouvriers, cette usine avait toutes les caractéristiques d’un établissement allemand. Et c’est logique puisque VinFast a fait appel à des fournisseurs européens réputés comme ABB pour les robots et Schuler pour les presses de carrosserie.

Presser, souder et assembler

Le bâtiment où sont façonnées les carrosseries impressionne par sa taille. Que ce soit à cause de la longueur ou la hauteur sous plafond, on s’y sent tout petit. Sous nos pieds, d’énormes moules attendent d’être montés dans les presses pour fabriquer des portières, des capots, des hayons, etc. Le jour de notre visite, la pièce qui était en fabrication était l’élément séparant l’habitacle du soubassement de la voiture. Une feuille de tôle est insérée dans la presse, cette dernière descend sur le moule, imprime la forme voulue et remonte rapidement.

Pendant qu’elle remonte, un premier bras robotique retire la pièce moulée tandis qu’un second apporte une feuille de tôle neuve. Le mouvement se répète ensuite, encore et encore. La majorité du processus est automatisée, les ouvriers n’intervenant qu’en fin de chaîne pour récupérer les pièces et les placer sur des chariots spécifiques. Quelques pièces sont aussi prélevées sur la chaîne et vérifiées pour s’assurer qu’elles correspondent aux critères retenus.

Photo: Julien Amado

Dans un autre bâtiment, ces éléments de carrosserie sont soudés entre eux par des robots dont les bras tournent autour du châssis de la future voiture. Nous avions reçu des lunettes de protection avant d’entrer dans cette partie de l’usine, et nous avons rapidement compris pourquoi! En effet, la soudure de certains éléments éjecte une grande quantité d’étincelles quand la pince du robot soudeur se referme sur le métal. Et certaines ont crépité jusqu’à nous.

Une fois la voiture bâtie de la sorte, elle reçoit ensuite les morceaux qui la composent. Tout le faisceau électrique, l’électronique embarquée, le tableau de bord, les éléments de l’habitacle ainsi que les trains roulants. Grâce à sa technologie très récente, la chaîne d’assemblage de VinFast peut produire des véhicules différents simultanément. Cela s’applique également pour des véhicules électriques ou à essence qui peuvent partager la même chaîne d’assemblage.

Lors de notre visite, nous avons assisté à l’assemblage de VinFast Fadil (une Chevrolet Spark légèrement modifiée) et de VinFast VF e34, un petit multisegment électrique similaire à une Chevrolet Bolt. Lorsque le système informatique détecte qu’il s’agit d’une voiture à essence, il fait monter la voiture d’environ 1 mètre et ne s’arrête pas à l’endroit où les ouvriers montent les batteries et les moteurs électriques. À l’inverse, lorsqu’une voiture à essence arrive dans la zone de montage, elle grimpe à son tour et passe au-dessus de la zone où l’on fixe la batterie sous la voiture.

Photo: Julien Amado

Du Vietnam à l’Amérique du Nord

Au moment de notre visite, l’usine en était à ses débuts. Le travail était encore lent pour permettre aux équipes de s’exercer avant d’adopter les vraies cadences de production. Avec les installations dont dispose l’usine présentement, il est possible de sortir environ 250 000 véhicules par année.

Mais les ambitions sont plus hautes pour l’année 2023, où le constructeur espère fabriquer 900 000 unités par année dans son usine de Hai Phong. Considérant la quantité d’espace libre dans les bâtiments, cela nous semble réaliste.

Il faut aussi tenir compte du fait que VinFast va investir 2 milliards $ US pour l’édification d’une autre usine en Caroline du Nord. Les premiers véhicules VinFast qui seront vendus chez nous seront assemblés au Vietnam, mais le constructeur espère amorcer la production nord-américaine à l’horizon de 2024.

En vidéo: premier contact avec le VinFast VF 8

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×