Balado : plafonner le prix du litre d’essence à 1,60$, est-ce réaliste?

Publié le 23 mai 2022 dans Balado par Le Guide de l'auto

Ces derniers jours, le politicien Paul St-Pierre Plamondon, a proposé l’idée de plafonner le prix du litre d’essence à 1,60 $ afin de limiter les ravages sur les finances des Québécois

Pour Mario Dumont, animateur et commentateur politique à TVA, LCN et QUB, cette idée ne tient absolument pas la route. Il était invité cette semaine à l’émission du Guide de l’auto sur QUB Radio avec Antoine Joubert et Germain Goyer pour commenter sa pensée.

Si le Québec était producteur…

Pour Mario Dumont, la proposition de plafonner le prix de l’essence au Québec n’est définitivement pas réaliste. Il nuance tout de même son propos en affirmant que cette option pourrait être envisageable si le Québec était un important producteur de pétrole. Ce qui n’est pas le cas.

« Si le Québec était producteur, le gouvernement pourrait faire un coup de Jarnac comme l’avait fait Pierre-Elliott Trudeau avec la loi de l’énergie dans les années 70. En tant que producteur de pétrole, pour que les consommateurs au Canada soufrent moins, on avait forcé les pétrolières à nous vendre le pétrole moins cher », se rappelle M. Dumont. Collectivement, il faudrait tout de même accepter d’essuyer une perte sur chacun des barils.

Une idée prise ailleurs

Évidemment, M. St-Pierre Plamondon n’a pas sorti cette idée de nulle part. Bien que peu réaliste, elle s’inspire tout de même de ce qui existe ailleurs dans un contexte différent.

« Il a pris pour exemple la France où il existe dans une loi sur les mesures d’urgence des dispositions disant que le gouvernement pourrait avoir le pouvoir, lors de périodes temporaires, de forcer les entreprises comme les pétrolières à vendre à moindre prix. En France, ils n’utilisent pas cette disposition. Le prix a augmenté comme partout ailleurs », a exprimé M. Dumont.

Et si on était actionnaire des pétrolières?

Idéologiquement, la province de Québec tente de se distancer des compagnies pétrolières. Or, pour M. Dumont, si la Caisse de dépôt et placement du Québec détenait des actions dans l’industrie pétrolière, ce serait un moyen de profiter collectivement de cette hausse de la valeur.

« Le pétrole, c’est sale et on a décidé que la Caisse de dépôt et placement du Québec n’allait plus être actionnaire des compagnies de pétrole. Si vraiment on est choqué de l’ampleur des profits des pétrolières, la seule solution, c’est d’être actionnaire », commente M. Dumont. 

Et les véhicules électriques?

Alors que les ventes de véhicules électriques prennent de plus en plus d'ampleur au Québec, certains se demandent si le gouvernement taxera éventuellement davantage les conducteurs de véhicules verts pour compenser les pertes de taxes habituellement perçues à la pompe. Pour Mario Dumont, il ne s'agit toutefois pas d'un réel enjeu. « Au niveau du gouvernement, on se prépare à ça. C'est une transition qui se fait lentement année après année. », estime-t-il, ajoutant que la transition vers l'électrique se ferait encore plus rapidement si la disponibilité des modèles était au rendez-vous.

Actualités de la semaine

Au cours de cette émission, il a aussi été question de la hausse de tarification du prix des bornes de niveau du Circuit électrique ainsi que du premier aperçu du véhicule électrique de Honda.

Essais routiers

Les deux animateurs ont aussi livré leurs impressions sur les BMW M240i 2022 et Toyota bZ4X 2023 récemment mis à l’essai.

Réponse aux questions du public

Antoine Joubert et Germain Goyer répondent aux questions du public concernant la capacité de remorquage d’une Mazda3 2019, l’achat d’un Kia Sorento 2022 ainsi que l’acquisition d’un Mazda CX-9.

Le Guide de l'auto, c'est tous les samedis à 10h sur QUB Radio, en reprise le dimanche à 18h.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×