Bentley Flying Spur - Cocktail époustouflant

Publié le 1er janvier 2022 dans 2022 par Charles Jolicoeur

La Bentley Flying Spur appartient à une classe très exclusive de voitures où seuls quelques acteurs font partie ce ce cercle très fermé. On ne parle plus de Mercedes-Benz ou BMW ici, mais plutôt de Rolls-Royce, Maybach… et c’est à peu près tout. La Flying Spur, jusqu’à sa refonte, représentait le modèle d’entrée de gamme de Bentley alors que la grande Mulsanne était la berline phare. Néanmoins, depuis l’an dernier, c’est la première qui a repris les commandes alors que la seconde a pris une retraite bien méritée.

Voilà un mandat difficile, surtout lorsqu’on sait que la Rolls-Royce Ghost vient tout juste d’être redessinée avec de nouvelles technologies, dont l’ajout d’un rouage intégral. Bien que la Ghost soit plus dispendieuse, quand on parle de véhicules à plus de 300 000 $, ce n’est plus une question de prix, mais plutôt de l’expérience qu’elle procure, cela s'entend. Sur ce point, la Bentley a certainement mis le paquet.

Le luxe et la technologie

Prendre place derrière le volant d’une Bentley reste une expérience que seuls quelques privilégiés ont la chance de découvrir. Une fois à l’intérieur, on admire l’élégance du tableau de bord, la qualité exceptionnelle de la finition et même l’odeur unique des cuirs qui nous entourent. On se surprend même à jouer au jeu des agencements, sachant qu’il n’existe pas moins de 5 000 combinaisons d’intérieurs. On se demande à quoi ressemblerait le tableau de bord du modèle d’essai si l'on avait remplacé le bois par de la fibre de carbone ou encore de la pierre, car oui, il est possible de demander une finition en quartz ou encore en ardoise. Il s’agit de plaques de 0.1 mm d’épaisseur dont la pierre a été formée il y a plus de 200 millions d’années.

Au centre du tableau de bord se trouve un écran de 12,3 pouces (plus large que celui de la Ghost d’ailleurs) qui permet de contrôler les mille et une fonctions de la Flying Spur. Cet écran peut cependant « disparaitre » grâce à un système rotatif. D’un côté, il y a l’écran, de l’autre, trois cadrans (température, boussole et chronomètre) et finalement, du dernier, une continuation des boiseries pour se reposer de la technologie. De plus, il y a trois systèmes audio disponibles avec 650 watts, 1 500 watts et 2 200 watts. Ce dernier, développé par Naim, offre tout simplement la meilleure expérience auditive de l’industrie automobile.

À l’arrière, l’espace ne manque pas. La Flying Spur n’offre pas de version à empattement allongé, mais le modèle de base demeure suffisamment spacieux. Imaginez un peu la classe affaires dans un avion de ligne et vous aurez une bonne idée de l’espace disponible à l’arrière. De plus, les passagers peuvent contrôler plusieurs fonctions grâce à un écran central portatif de 5,1 pouces qui permet d’accéder à différents systèmes comme la climatisation et le système de divertissement.

Lorsque la porte se referme, on a droit à un silence total et complet. Une fois sur la route, rien ne vient déranger la quiétude à l’intérieur. Que ce soit en pleine accélération, en ville, sur l’autoroute ou à un feu rouge, la Flying Spur s’avère un havre de paix qui surpasse ce qu’offre une BMW Série 7 ou encore une Mercedes-Benz Classe S. Est-ce que le confort additionnel justifie de payer trois fois le prix des modèles nommés précédemment? À chacun de décider, mais chose certaine, à part la Ghost, aucune voiture n’offre un confort équivalent à celui de la berline de Bentley.

V8 ou W12?

La Bentley Flying Spur est plus lourde qu’un Ford F-150. Pourtant, équipée de son gros W12 de 6 litres biturbo, elle abat le 100 km/h en moins de 4 secondes. Évidemment, le fait d’avoir 626 chevaux et 664 lb-pi de couple envoyés aux quatre roues aide grandement les accélérations et les reprises. Mais c’est la façon dont sont livrées les performances qui surprend le plus. La sensation ressemble à celle d’un Boeing 787 qui se lance sur une piste de décollage et jamais le fait de peser à fond sur la pédale droite ne vient déranger le confort des occupants.

Bentley a introduit un moteur V8 à la fin de 2020, qui développe 542 chevaux et 568 lb-pi de couple et qui permet en outre d’économiser plusieurs dizaines de milliers de dollars sur le prix d’achat. Et beaucoup plus économique, il consomme environ 2 L/100 km de moins que le W12. Bien sûr, ce n’est pas le prix ou l’économie d’essence qui attirera les acheteurs de Flying Spur vers le V8, mais plutôt l’effet du poids réduit sur la tenue de route. Le modèle à moteur huit cylindres s’avère encore plus agile et aiguisé en virage, tandis que la sonorité du moteur est plus agressive que celle du W12. La Flying Spur à moteur V8 s’adresse à ceux qui veulent une conduite un peu plus sportive sans sacrifier les performances. Le W12, comme la Flying Spur elle-même, est destiné aux acheteurs qui ne font plus de compromis depuis longtemps.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×