Nissan Maxima - Changement de cap

Publié le 1er janvier 2022 dans 2022 par Charles Jolicoeur

Même si elle n’est pas dépourvue de qualités, la Maxima voit ses ventes chuter année après année, tout comme toutes les autres grandes berlines de son segment, et son avenir est plus qu’incertain.

Introduite sous sa forme actuelle en 2015 et légèrement retouchée en 2019, la Maxima est sur le point d’être revue, mais on ne sait pas encore ce que l’avenir réserve à ce qui était jadis l’une des voitures phares de la gamme Nissan. Les rumeurs laissent entendre qu’une berline 100% électrique portant le nom Maxima viendrait remplacer la berline actuelle au courant de 2022, bien que rien ne soit confirmé au moment d’écrire ces lignes. Il vaut donc mieux se concentrer sur la Maxima actuelle, un véhicule qui vise un type d’acheteur particulier à la recherche d’une voiture confortable, spacieuse, et offrant un bon niveau de luxe à un prix relativement accessible. En ce sens, la Maxima demeure un choix intéressant et si vous êtes ce type d’acheteur, elle mérite un essai routier.

300 chevaux aux roues avant

Il ne faut pas vouloir de rouage intégral cependant, car la Maxima est à traction uniquement. Il s’agit d’ailleurs d’un défaut important de la voiture, mais d’un autre côté, elle n’est pas la seule de sa catégorie à être offerte uniquement avec deux roues motrices. Son V6 de 3,5 litres transmet 300 chevaux et 261 lb-pi aux roues avant sans trop d’effet de couple et de manière très linéaire. Les 300 chevaux ne sont pas pressés de se rendre à la route, notamment en raison d’une boîte CVT plutôt axée sur le confort, néanmoins les performances demeurent tout de même bonnes. Mentionnons d’ailleurs que ce V6 a prouvé depuis longtemps sa fiabilité et sa durabilité. La Nissan Maxima n’est pas un véhicule à problème.

Il n’y a aucun doute qu’elle bénéficierait de la traction intégrale, surtout en conduite hivernale. Rien n’équivaut à la stabilité et à la confiance qu’inspire un système à quatre roues motrices sur une route mouillée ou enneigée. De plus, la petite sœur de la Maxima, l’Altima, offre la traction intégrale de série tout en restant confortable et raffinée .

Malgré tout, sur une route dégagée, la Maxima propose une conduite douce avec un silence de roulement intéressant et une suspension bien calibrée. Pour enfiler des centaines de kilomètres sur l’autoroute, la Maxima est un excellent choix. Elle se débrouille également sur une route sinueuse, sans être nécessairement sportive toutefois. Les sièges zéro gravité de série au support formidable, même après plusieurs heures, sont en cuir, de série. Le volant chauffant, les sièges arrière chauffants et la climatisation à deux zones, tous de série, viennent aussi agrémenter le confort du modèle d’entrée de gamme. Derrière le volant, on remarque la console centrale toujours au goût du jour malgré l’âge de la voiture et il ne manque pas trop de technologies de pointe. La Maxima n’est pas équipée de système de conduite assistée du genre ProPILOT, cependant, elle possède tous les systèmes de sécurité active qu’on voudrait comme l’avertisseur de sorties de voie, l’aide au maintien dans la voie, le freinage intelligent avant et arrière et la surveillance des angles morts. On a aussi droit au régulateur de vitesse adaptatif sans frais supplémentaires.

Bref, la Maxima offre un bon niveau d’équipement, même dans le modèle de base. En contrepartie, avec un prix de départ de plus de 43 000 $ (transport et préparation inclus), on s’éloigne d’une aubaine. De plus, la dépréciation importante de sa valeur rend la Maxima assez difficile à revendre. Donc, un démonstrateur ou un véhicule légèrement usagé restent les meilleures options d’un point de vue purement financier.

Un style qui se démarque

Si vous êtes un amateur de voiture, il se peut très bien que vous remarquiez la Nissan Maxima sur la route. Encore aujourd’hui, on peine à croire qu’elle a sept ans. Sa silhouette exige par contre quelques compromis, particulièrement en ce qui a trait à la visibilité trois-quarts arrière. De plus, le dégagement pour la tête souffre de la ligne de toit plongeante, de sorte que des passagers plus grands devront peut-être replacer leurs cheveux après une longue balade. Le coffre, légèrement petit pour une voiture de cette taille -un peu plus de 400 litres seulement- offre moins d’espace de chargement qu’une Nissan Versa.

La Nissan Maxima a déjà été la référence des berlines pleine grandeur et elle a donné beaucoup à son constructeur et à ses propriétaires. Aujourd’hui, les temps évoluent et l’industrie change de cap. La Maxima devra suivre ces changements sinon elle sera portée à disparaitre. Cependant, il y a fort à parier que Nissan n’abandonnera pas un modèle avec autant d’histoire. Alors, la rumeur d’une prochaine Maxima électrifiée n’est pas du tout farfelue.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×