Aston Martin Vantage - Formule gagnante

Publié le 1er janvier 2022 dans 2022 par Marc Lachapelle

Le retour de la noble marque Aston Martin en formule 1, six décennies après un bref premier passage, se fait dans les meilleures conditions possibles. Appuyée sur des ressources financières et techniques sérieuses, l’équipe a d’excellentes chances de réussir, entraînant du même coup les voitures de série dans son sillage, sur une courbe ascendante. Et la série Vantage, qui vient de fêter ses soixante-dix ans, est la première à en profiter de manière tout à fait concrète sous les traits des nouveaux modèles Vantage F1 Edition.

Quels que soient les premiers résultats en piste de l’équipe de F1, nouvellement baptisée Aston Martin Cognizant, on sent que la confiance, les moyens et le savoir-faire y sont déjà. C’est pareil pour la division automobile, pour des raisons très semblables. L’arrivée du milliardaire canadien (et québécois) Lawrence Stroll et ses partenaires comme investisseurs et son accession au titre de président du conseil pour Aston Martin Lagonda étaient providentielles, à plus d’un égard. Entre autres parce qu’il est convaincu, de toute évidence, que la course peut contribuer au succès des voitures (et du VUS) de la marque, et vice-versa.

Une recrue de grand calibre

Un des premiers gestes officiels de Stroll le prouve d’ailleurs avec éloquence. Il a effectivement su convaincre le brillant ingénieur et gestionnaire Tobias Moers, qui dirigeait depuis plusieurs années la légendaire division de performance AMG chez Mercedes-Benz, d’accepter le poste de grand patron chez Aston Martin Lagonda. Il faut savoir que le doyen des constructeurs automobiles détient une participation croissante dans le groupe britannique et lui fournit diverses composantes depuis belle lurette.

Il n’est certainement pas anodin de noter qu’un des premiers projets réalisés par Moers fut de piloter la transformation de la Vantage en voiture de tête officielle pour les Grands Prix de formule 1. Le résultat fut assez probant pour que le nouveau patron décide aussitôt d’en tirer de nouveaux modèles de série, les Vantage F1 Edition, qui seront déclinées en versions coupé et décapotable. La quasi-totalité des modifications apportées pour la conduite sur les circuits a d’ailleurs été reprise sur ces versions inédites, dont les premiers exemplaires sont promis pour l’automne 2021.

Des lames mieux aiguisées

Le choix de la Vantage pour ce rôle important en F1 allait de soi. Construite sur une version raccourcie de la structure en aluminium qui sous-tend les DB11, elle est effectivement la plus légère, la plus agile et la plus sportive des Aston Martin. Si, bien sûr, on fait abstraction des hypersportives One-77, Valkyrie, Vulcan et semblables, fabriquées en très petit nombre et vendues pour quelques millions chacune.

Il était crucial que la Vantage puisse tenir un rythme plus soutenu sur les circuits pour permettre aux F1 qui la suivent de maintenir leurs pneus en température. Parlons d’abord moteur, puisque les Vantage sont animées par un groupe Mercedes-AMG, comme les monoplaces de l’équipe Aston Martin F1. La puissance du V8 biturbo de 4 litres passe ainsi de 503 à 527 chevaux. La boîte automatique à 8 rapports a été modifiée pour des passages plus rapides et précis. Les chronos de 3,6 secondes pour le coupé et 3,7 secondes pour le roadster, de 0 à 100 km/h, sont respectables.

Pour affiner la direction et favoriser l’agilité, la partie avant du châssis a été renforcée, les amortisseurs retouchés et les ressorts raffermis. Les pneus plus bas et larges, de taille 255/35ZR21 à l’avant et 295/30ZR21 à l’arrière, sont montés sur les premières jantes de 21 pouces pour des Vantage. Une grande lame et des ailettes à l’avant, des canaux sous la voiture et un grand aileron arrière produisent une déportance additionnelle de 200 kilogrammes pour mieux plaquer ces F1 Edition à la chaussée.

Robes sur mesure

Les Vantage F1 Edition se distinguent également de leurs sœurs par les lamelles de leur calandre, des moulures en fibre de carbone, deux paires d’embouts d’échappement et trois couleurs de carrosserie lustrées ou mates. Y compris le vert unique que portent les F1 de l’équipe et la voiture de tête. Pour l’habitacle, on choisit entre une sellerie et des garnitures en cuir noir ou en alcantara gris, avec des bandes et des surpiqûres vert lime, noires, grises ou rouges.

Pour que ses Vantage F1 Edition puissent défier encore mieux leurs rivales les plus sérieuses, Tobias Moers devrait convaincre ses partenaires allemands de partager les trucs et recettes qui font grimper la puissance du même excellent V8 de 4 litres à 550, 577 et 720 chevaux sous le capot de certaines de leurs autos sport. Mercedes partage bien ses groupes propulseurs avec d’autres équipes en F1, après tout. Parions que toutes les Vantage seront bientôt plus puissantes, de toute manière. Notoriété F1 oblige.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×