Audi R8 GT 2023 : le dernier cri de guerre

Publié le 24 novembre 2022 dans Premiers contacts par Gabriel Gélinas

On le sait, Audi est résolument engagée sur la voie de l’électrification et les jours des moteurs thermiques sont comptés au sein de la marque aux quatre anneaux.

Pourtant, cela n’empêche pas les ingénieurs de la division Audi Sport de peaufiner la sportive R8 en créant la nouvelle variante GT animée par la version la plus performante du V10 atmosphérique. Le gros moteur entraîne les seules roues arrière par l’entremise d’une boîte à double embrayage comptant sept rapports.

Aussi, les ingénieurs ont développé un dispositif appelé Torque Rear Drive Mode permettant de paramétrer l’intervention du système de contrôle électronique de la stabilité sur plusieurs niveaux, autorisant ainsi de belles dérives contrôlées à l’accélérateur… Bienvenue à bord de cette nouvelle Audi R8 GT qui ne sera produite qu’en série limitée à 333 exemplaires, tous dotés d’une numérotation individuelle.

27 mètres par seconde

Sur le circuit de Monteblanco, à quelques kilomètres de Séville, la R8 GT est rageuse, rien de moins. La limite de révolutions-moteur du V10 de 5,2 litres est de 8 700 tr/min, et cela signifie que chacun des dix pistons couvre une distance équivalente à 27 mètres par seconde… La sonorité qui accompagne chacune des montées en régime donne la chair de poule. Cette sportive, que l’on peut presque qualifier d’exotique, est une véritable machine à sensations.

Pour cette variante, les ingénieurs ont revu la boîte robotisée à double embrayage pour rendre le passage des rapports plus rapide, et ont modifié le rapport de pont. Résultat, la R8 GT expédie le 0 à 100 km/h en 3,4 secondes, le 0 à 200 en 10,1 secondes, et la vitesse maximale est de 320 km/h. Et si la R8 GT concède quelques dixièmes à la R8 quattro sur le 0 à 100 km/h, c’est parce que le rouage intégral de cette dernière lui permet une motricité initiale optimisée par rapport à la GT qui est une propulsion.

Photo: Tobias Sagmeister

Plus vive et plus joueuse

Dépourvue de la prise constante d’un rouage intégral, le train avant devient plus incisif sur circuit, et la R8 GT se lance à l’attaque des points de corde avec hargne et finesse. Sur la GT, la masse a été réduite de 20 kilos par rapport à la R8 RWD que l’on connaissait déjà. Pour y parvenir, les ingénieurs ont retenu des jantes forgées de 20 pouces à 10 rayons, chaussées de pneus Michelin Sport Cup 2 offerts en option, des freins en céramique de série, ainsi qu’une barre antiroulis en plastique renforcé de fibre de carbone pour la suspension sport performance. Les sièges baquets de la R8 GT contribuent également à cette réduction de la masse.

Mais l’atout de cette R8 GT est sans contredit son système Torque Rear Drive Mode. Cette désignation vous sera familière si vous avez lu notre reportage et vu notre vidéo sur l’Audi RS 3, qui n’est malheureusement pas vendue au Canada, mais le mode Torque Rear de la R8 GT est très différent de celui de la RS 3. Sur la RS 3, on retrouve deux embrayages multidisques accouplés au différentiel arrière, permettant de varier la répartition du couple d’un côté à l’autre de la voiture et même d’envoyer tout le couple à la roue extérieure transformant ainsi l’auto en une véritable machine de drift.

Sur la R8 GT, le mode Torque Rear agit plutôt sur les systèmes antipatinage et de contrôle électronique de la stabilité pour permettre des dérives et des glissades selon sept niveaux d’intervention. Pour l’activer, il suffit de tourner un bouton sur le volant pour choisir entre les niveaux de 1 à 7. Plus le niveau est élevé, plus la glissade sera prononcée, le 7e étant extrême!

Photo: Tobias Sagmeister

Pour nous permettre d’en faire l’essai, Audi a aménagé un parcours de dérapage contrôlé au circuit Monteblanco. Il m’a suffi de sélectionner le niveau 7 et de rouler sur le deuxième rapport, puis d’enfoncer l’accélérateur pour provoquer la glissade et ensuite la maintenir en maniant le volant. Lors de cet exercice, la R8 GT s’est montrée particulièrement sensible mais très volontaire! Trois minutes de gros fun plus tard et c’en était fait du jeu de pneus arrière… Bien évidemment, on ne conseille à personne de se livrer à ce petit jeu sur les routes publiques, mais dans l’environnement contrôlé d’un circuit fermé, il est possible de vraiment s’éclater au volant de la R8 GT.

Photo: Tobias Sagmeister

Un look inspiré de la R8 de compétition

Les Audi R8 de série, dont la GT, sont assemblées dans la même usine de Böllinger Höfe où Audi Sport fabrique les châssis des R8 de compétition des catégories GT4, GT3 et GT2. Incidemment, cette usine fabrique aussi les RS e-tron GT sur la même chaîne de montage que les R8. Comme la GT est la variante la plus typée de la gamme R8 et qu’elle fait l’objet d’une production en petite série, Audi a choisi de lui donner un look qui évoque la performance pure.

Seulement trois couleurs sont disponibles, soit le Gris Suzuka, le Gris Daytona ou le Rouge Tango. Toutes les R8 GT sont dotées d’un aerokit développé en soufflerie comportant un déflecteur à l’avant, des dérives sur les côtés du bouclier avant et un aileron avec supports en col de cygne, tous ces éléments étant réalisés en fibre de carbone, rien de moins. À l’arrière, on remarque les deux immenses tuyères d’échappement cintrant le diffuseur.

Photo: Tobias Sagmeister

L’habitacle ressemble presque en tous points à celui d’une R8 traditionnelle, mais la GT se distingue avec des ceintures de sécurité rouges, des sièges sport avec surpiqûres rouges et l’identification « R8 GT », et par un marqueur rouge à la position midi sur le volant. On retrouve aussi un écusson numéroté sur la console centrale indiquant le numéro propre à chacun des 333 exemplaires qui seront produits.

Seulement 10 de ces voitures d’exception seront disponibles au Canada, et 150 pour les États-Unis, à compter du premier trimestre de 2023. Au moment d’écrire ces lignes, la direction canadienne de la marque n’avait pas encore établi son prix, mais parions qu’il dépassera largement la barre des 250 000 $.

Finalement, cette R8 GT représente une sorte d’apothéose pour le modèle de performance à moteur V10 atmosphérique de la marque allemande. Les sensations éprouvées à son volant sont viscérales, surtout sur circuit où le mode Torque Rear permet de s’éclater tout en conservant un filet de sécurité électronique, ou encore sur une aire de dérapage en choisissant le niveau 7 pour s’amuser à faire de la drift... En alliant la version la plus performante du V10 atmosphérique à un châssis finement optimisé, les ingénieurs ont créé l’ultime R8, celle qui repousse les limites et reprend à son compte la philosophie adoptée par la récente Lamborghini Huracan STO qui est sa proche cousine.

Photo: Tobias Sagmeister

C’est clair, la prochaine génération de la Audi R8, ou le modèle devant la remplacer, adoptera une certaine forme d’électrification afin de se conformer aux normes environnementales devenant toujours plus contraignantes. Il y a donc fort à parier que le V10 atmosphérique devra céder sa place à un moteur suralimenté, probablement un V8, doté d’une forme d’hybridation. En attendant, si la sonorité du V10 atmosphérique à pleine charge vous enchante comme le chant des sirènes, il est encore temps de passer à l’action et d’acquérir une R8 GT aussi performante et dynamique qu’exclusive.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Audi R8 2023
Version à l'essai n.d.
Fourchette de prix n.d.
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base n.d.
Garantie du groupe motopropulseur n.d.
Consommation (ville/route/observée) n.d.
Options n.d.
Modèles concurrents Aston Martin Vantage, Chevrolet Corvette, Ferrari F8, Ferrari Portofino M, Ferrari Roma, Lamborghini Huracán, McLaren GT, Nissan GT-R, Porsche 911
Points forts
  • Moteur V10 atmosphérique d'anthologie
  • Boîte à double-embrayage plus rapide
  • Mode de conduite Torque Rear
  • Exclusivité assurée
Points faibles
  • Prix élevé
  • Diffusion très limitée
  • Un peu moins rapide sur le 0-100 qu'une R8 quattro
Fiche d'appréciation
Consommation 3.0/5 Pas génial côté consommation, mais c'est le prix à payer pour ce niveau de performances.
Confort 3.5/5 Très bon niveau de confort pour une sportive.
Performances 4.5/5 Spectaculaires. Le mode Torque Rear permet de belles dérives.
Système multimédia 3.5/5 Pas d'écran central, toutes les infos passent par le cockpit virtuel.
Agrément de conduite 5.0/5 Au top, rien de moins.
Appréciation générale 4.0/5 Performante, spectaculaire, et sera assurément très chère...
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×