Buick Rainier / Chevrolet Trailblazer / GMC Envoy, à toutes les sauces

Publié le 21 février 2006 dans 2006 par Denis Duquet

Même si le prix de l’essence a sérieusement perturbé le créneau des VUS intermédiaires, ces véhicules jouissent quand même d’une popularité certaine en raison de leur capacité d’adaptation à pratiquement toutes les situations. Assez grands pour transporter cinq adultes et leurs bagages, suffisamment confortables pour de longs trajets et capables de se tirer d’affaires en conduite hors route, ce sont les véhicules à tout faire de l’industrie. Et GM s’accapare d’une bonne part de ce marché avec un trio partageant la même mécanique tout en proposant des comportements totalement différents.

Le Chevrolet Trailblazer est la version économique de cette troïka en raison de son équipement de base moins élaboré, de l’impossibilité de commander en option la suspension arrière pneumatique et quelques autres éléments du genre. Ce modèle est le choix des personnes qui veulent tracter une remorque, rouler hors route et ne pas avoir peur de souiller les tapis. Comme les deux autres, son moteur de base est un six cylindres en ligne de 4,2 litres d’une puissance de 291 chevaux, un gain de 16 chevaux par rapport à l’édition 2005. Et même si nous l’avons écrit et réécrit, certaines personnes s’entêtent à croire que ce « six en ligne » est identique aux moteurs de ce genre utilisés par GM par le passé. C’est absolument faux puisque ce moteur est tout ce qu’il y a de plus moderne avec son double arbre à cames en tête, ses arbres d’équilibrage et un système d’allumage par bobine sans fil.

Deux moteurs V8 sont au catalogue. Il y a tout d’abord l’incontournable moteur V8 5,3 litres à cylindrée variable qui est le choix le plus logique si vous possédez une remorque. Et la nouvelle version SS est propulsée par un V8 6,0 litres de 395 chevaux. Il s’agit en fait du même moteur que celui de la Corvette C6. Il est couplé à une nouvelle boîte automatique à quatre rapports spécialement conçue pour les moteurs à couple élevé. Soulignons que la suspension du modèle SS est modifiée et abaissée de 25,4 mm, et le rouage intégral offert en option est plus costaud.

Il faut de plus ajouter qu’à l’exception du SS, tous les modèles Trailblazer sont offerts avec empattement court ou allongé. Par contre, toutes les versions offrent la propulsion de série et l’intégrale en option.

Pourtant une bonne idée

Le GMC Envoy est en fait une version plus luxueuse du Trailblazer non seulement en raison de son habitacle plus cossu, mais également parce qu’il offre la possibilité de commander une suspension arrière à ressorts pneumatiques. Ce qui fait une énorme différence en fait de confort. Malheureusement, il n’est plus possible de se prévaloir en 2006 d’une exclusivité propre à l’Envoy, à savoir le modèle XUV dont la partie arrière se transformait pratiquement en camionnette au simple toucher d’un bouton. Jugé trop cher par les acheteurs, ce modèle a été abandonné. Et il faut bien avouer que cette option avait pour effet de donner une allure pour le moins bizarre à la partie arrière.

La version la plus luxueuse de la famille est le Denali, offert en empattement court ou allongé. Il est certain que ce modèle est le compromis idéal entre le luxe et le caractère pratique d’un VUS. Le Denali n’offre pas un moteur aussi puissant que celui du Trailblazer SS, mais son comportement général, la présentation de son tableau de bord de même que le confort de la suspension sont autant d’arguments militant en sa faveur. Et s’il est vrai que la consommation de carburant est un pensez-y-bien, il faut souligner que le moteur V8 5,3 litres à cylindrée modulaire permet de réaliser des économies notables. Par contre, l’arrivée d’une boîte automatique à cinq rapports permettrait de réduire la consommation davantage. Même si la présente unité avec ses quatre vitesses est un exemple d’efficacité et de fiabilité, un rapport supplémentaire serait tout de même apprécié.

La version XL et sa troisième rangée de sièges sont à prendre en considération puisque l’espace pour les occupants est acceptable et il reste même encore un peu d’espace pour les bagages. Également proposé en version allongée, le Trailblazer offre les mêmes avantages.

La différence

Avec la disparition de l’Oldsmobile Bravada, c’est la division Buick qui a hérité de ce VUS urbain. Comme sur la défunte Olds, seul le modèle à empattement court est produit et la suspension arrière pneumatique est de série. De plus, la transmission intégrale est la seule au programme tandis que les moteurs six cylindres de 4,2 litres et le V8 de 5,3 litres sont au catalogue. Il faut ajouter que la suspension est davantage réglée en fonction du confort et de la tenue de route que pour les routes forestières.

Si le caractère trop populiste de la Chevrolet ou la vocation uniquement camion de la marque GMC ne vous attirent pas, le prestige de rouler en Buick peut être un atout valable. Et si jamais vous êtes à court d’arguments, vous pouvez toujours prendre en considération que la nouvelle Saab 9,7X lui ressemble drôlement en fait de mécanique et de configuration générale. Et ajoutons que le système StabiliTrak de contrôle de stabilité latérale est offert de série par les trois marques.

Le Rainier, avec son châssis autonome moderne, un choix de moteurs intéressants et une conduite urbaine qui se rapproche de celle d’une automobile devrait permettre à la division Buick de se faire une place au soleil.

Feu vert

Châssis moderne
Choix de moteurs
Comportement routier équilibré
Habitacle confortable
Finition en progrès

Feu rouge

Dimensions encombrantes
Consommation élevée
Certains plastiques à remplacer
Cadrans difficiles à lire

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×