McLaren 570S 2019: Ces étoiles qui brillent dans l’ombre

Publié le 1er janvier 2019 dans 2019 par Marc Lachapelle

La progression de McLaren Automotive a été fulgurante depuis sa fondation, en 2010, et depuis le lancement de la 12C un an plus tard. Les nouveautés se sont succédé à un rythme hallucinant, toujours plus performantes et raffinées. Les ventes ont suivi, les profits aussi, dès la troisième année. Dans cette gamme en expansion constante, les versions 570S et 570GT de la Sports Series permettent de surcroît à ce spécialiste britannique de défier les meilleures sportives des grands constructeurs, et la 600LT en remet une couche.

Disons-le franchement, la 570S a racheté l’honneur de la 12C qu’on a jugée techniquement brillante, mais trop froide et avare de sensations face à la redoutable rivale qu’était la Ferrari 458. Lancé en 2017, le coupé 570S fut bientôt rejoint par la 570S Spider qui partage le même V8 biturbo de 3,8 litres et virtuellement tout le reste aussi.

L’ennui, c’est que McLaren a ensuite mis en circulation la 720S, le tout dernier modèle de sa Super Series, qui n’a cessé d’être acclamée depuis. Or, cette merveille est non seulement plus puissante, légère et rapide que la 570S, mais pas beaucoup plus chère qu’une 570S Spider. Du moins, pas aux yeux de l’acheteur-type, Les ventes de ces dernières en ont sans doute été affectées.

Grand tourisme et nouveau siècle
La Sports Series se reprend cette année avec la 600LT dont le suffixe signifie long tail, pour sa carrosserie allongée de 7,4 cm, surtout à l’arrière. Elle est également plus légère de près de 100 kg et son moteur produit 30 chevaux de plus, avec d’immenses embouts d’échappement qui percent le capot du moteur central, comme ceux d’une Porsche 918 Spyder.

La mission de la 570GT est très différente. Elle offre plutôt une interprétation moderne du « grand tourisme » avec des performances et une tenue de route exceptionnelles qu’on peut goûter pleinement sur la route. Pensez aux immenses classiques que sont les Ferrari 365 GTB/4 Daytona, Maserati Ghibli et Lamborghini Miura.

La GT profite de la même structure en fibre de carbone et du même V8 biturbo de 562 chevaux que les 570S. Sa carrosserie tout aluminium, au dessin légèrement différent, est surtout dotée d’un hayon de verre qui s’ouvre vers le côté pour donner accès à une soute de 220 litres, L’habitacle est baigné de lumière grâce au panneau de verre photosensible qui tient lieu de toit. Il était bardé de moquettes rases, de cuir finement cousu et de moulures d’aluminium en abondance dans une voiture d’essai qui profitait d’une finition optionnelle. La 570GT est la plus luxueuse des McLaren à ce jour, selon le constructeur.

Accessoires et systèmes électroniques sont légion. On y retrouve notamment une chaîne audio Bowers & Wilkins optionnelle de 1 280 watts, avec douze haut-parleurs et des caissons infrabasses en fibre de carbone, un des éléments qui expliquent que la 570GT, malgré son luxe, ne pèse que 46 kg de plus que le coupé 570S.

On se glisse à l’intérieur sans trop d’acrobaties, par les portières en élytre. Le tableau de bord et la console épousent le style minimaliste que privilégie McLaren. Le volant est superbe, dépouillé de tout bouton. Tout se contrôle par la console et l’écran tactile, selon une logique propre à McLaren, qui s’apprivoise facilement.

La position de conduite est impeccable et le siège, bien sculpté. Les boutons de mise en mémoire ne sont pas un luxe, puisque ce dernier ne conserve pas sa position quand on coupe le contact. Le volant non plus. La visibilité est excellente vers l’avant et les côtés, désolante vers l’arrière. Vive la caméra et les capteurs de stationnement.

Du cœur et du muscle
La 570GT roule sur ses propres jantes d’alliage à 15 rayons chaussées de pneus Pirelli PNCS, conçus pour réduire le bruit et la vibration. Ils mordent bien et la direction est vive et précise. Avec des ressorts adoucis de 15% devant et de 10% derrière, le roulement est très correct en mode Normal, nettement plus ferme en mode Sport, et il y a le mode Track, s’il vous en faut plus. Bravo pour le système qui soulève l’avant pour franchir le moindre obstacle.

On ne se lasse jamais du système départ-canon qui laisse le V8 grimper à 3 000 tr/min avant le décollage. La GT atteint 100 km/h en trois secondes et des poussières, avec le rugissement fabuleux de l’échappement Sport optionnel. À l’inverse, ses freins à disque en acier, plus petits que les disques de carbone des S, sont pincés par des étriers à quatre pistons au lieu de six. Ils sont néanmoins puissants et faciles à moduler, avec une pédale ferme.

Bruce McLaren serait sûrement fier de cette sportive de grand calibre qui porte son nom et qui fait renaître la M6GT dont il rêvait, il y a un demi-siècle, en beaucoup mieux.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×