Hyundai Veloster Turbo 2019 : une GT, mais pas une GTI

Publié le 3 juin 2019 dans Essais par Michel Deslauriers

La Hyundai Veloster est une petite bête très particulière. Elle est arrivée sur le marché pour le millésime 2012, causant une onde de choc dans le segment des petites voitures avec son design déjanté, et surtout avec sa configuration de portes asymétriques.

Malgré son architecture modeste, la Veloster affichait un agrément de conduite surprenant, bien que son quatre cylindres de 1,6 litre, emprunté à la Hyundai Accent, livrait 138 chevaux, mais un couple plutôt mince. Les ventes ont immédiatement décollé, pour se calmer peu après.

Pour garder la Veloster intéressante, la compagnie a lancé la Turbo avec un moteur survitaminé de 1,6 litre, produisant 201 chevaux et un couple de 195 livres-pied. La petite auto sport possédait désormais le muscle pour accompagner son agilité. Ses racines de voiture économique avaient toutefois ses limites, et la Veloster n’est jamais venue proche de rivaliser avec la Volkswagen Golf GTI sur une route de campagne sinueuse.

Pour le millésime 2019, la Veloster a subi une refonte majeure tout en obtenant le moteur de 147 chevaux de l’Elantra en déclinaison de base. Le quatre cylindres turbocompressé est toujours disponible, et la rugissante Hyundai Veloster N 2019 vient d’arriver aussi. Est-ce que la nouvelle voiture est meilleure que l’ancienne? Absolument.

Photo: Michel Deslauriers

Bien que le design de la partie arrière soit moins exagéré et que les passages de roues soient moins boursoufflés, la forme générale de la Veloster demeure instantanément reconnaissable. La porte unique côté conducteur et les deux portes côté passager ont été conservées. Pas question pour Hyundai de délaisser cette caractéristique signature de la Veloster.

La porte arrière existe évidemment pour faciliter l’accès aux places arrière, et l’absence d’une porte arrière du côté gauche permet une ouverture plus grande pour le conducteur, facilitant également les entrées et les sorties. En revanche, cela ne rend pas la Veloster plus polyvalente pour autant, alors que l’espace pour les jambes est limité à l’arrière, et l'on ne compte que deux places de toute façon. Quant au coffre, son volume s’élève maintenant à 565 litres. C’est beaucoup plus qu’auparavant, mais quand même en deçà de ce que proposent les compactes à hayon actuellement sur le marché.

Photo: Michel Deslauriers

Les occupants à l’avant profitent d’un espace adéquat, et le conducteur réalisera assez rapidement à quel point la visibilité arrière est pauvre, causé par une lunette minuscule et de larges piliers. Sous la pluie et pendant l’hiver, l’infime essuie-glace ne balaie qu’environ la moitié de ladite lunette. Heureusement, la surveillance des angles morts et l’alerte de trafic transversal arrière figurent de série.

Également de série, on retrouve un siège du conducteur à hauteur réglable, des sièges avant chauffants, une sellerie en tissu avec surpiqûres bleues, un climatiseur, un régulateur de vitesse, un volant chauffant gainé de cuir et des jantes en alliage de 18 pouces. La Veloster bénéficie aussi d’une chaîne audio à six haut-parleurs, d’un écran multimédia tactile de sept pouces ainsi que d’une intégration Apple CarPlay et Android Auto. Pas mal pour un prix de base de 20 999 $ avant les frais de transport et de préparation! La Honda Civic Coupé ne peut pas s’en rapprocher en matière de rapport prix/équipement.

Photo: Michel Deslauriers

En contrepartie, le moteur de 2,0 litres de la Veloster de base n’est pas très enjoué, fonctionnant sur un cycle de combustion Atkinson afin d’économiser de l’essence. Cela convient pour la conduite au quotidien, cependant pour agrémenter nos fins de semaine au volant, la Veloster Turbo est évidemment un meilleur choix.

Disponible à partir de 25 899 $, elle conserve la puissance et le couple du modèle de génération précédente, mais aussi la courbe de puissance non linéaire. Les accélérations sont intéressantes et en matière de performances, cette voiture est tout aussi amusante qu’une Civic Si, sans néanmoins pouvoir se mesurer à la Golf GTI et son 2,0 litres turbo riche en couple. La boîte manuelle à six rapports de Hyundai n’est pas aussi maniable que celles de chez Honda et Volkswagen, et l’automatique à sept rapports avec double embrayage n’a pas la rapidité d’une mitraillette comme la boîte DSG de la GTI.

Bon, la Veloster est plus abordable. En outre,le moteur turbo peut fonctionner à l’essence ordinaire, et il a enregistré une excellente moyenne de 7,5 L/100 km lors de notre essai.

Photo: Michel Deslauriers

Notre voiture Turbo Tech essayée était bourrée de caractéristiques comme des phares et des feux à DEL, des essuie-glaces à capteur de pluie, un toit ouvrant, une sellerie en cuir avec surpiqûres rouges, un climatiseur automatique, un affichage tête haute, une clé intelligente, un sonar de recul, un réglage électrique du soutien lombaire pour le conducteur, un écran tactile de huit pouces avec connectivité BlueLink et une chaîne Infinity à huit haut-parleurs. Avec un ensemble de pneus de performance et de roues ainsi qu’une peinture bicolore, la facture n’a même pas dépassé 30 000 $. Encore une fois, une aubaine!

Grâce aux pneus Michelin Pilot Sport 4 et la nouvelle suspension arrière multibras – l’ancienne Veloster disposait d’une poutre de torsion –, cette bagnole est divertissante. Par contre, pour le trajet au quotidien, la suspension est un peu trop ferme. Peut-être que nous sommes simplement devenus vieux et grincheux...

Voilà. On aime le moteur turbo, mais on ne l’adore pas. On se méfie également de la durabilité à long terme des mécaniques turbocompressées, alors si l’on veut se procurer une Veloster pour son design et son rapport prix/équipement, et la garder longtemps, le moteur de 2,0 litres serait un choix plus avisé. Si nous sommes des mordus de performances, et que nous pouvons nous le permettre, la Veloster N à 275 chevaux, se détaillant à environ 35 000 $, s’avère tout un bolide.

La Veloster est unique, bourrée d’équipements et jolie. N’allez simplement pas croire que la version Turbo est aussi amusante qu’une Golf GTI.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Hyundai Veloster
Version à l'essai Turbo Tech
Fourchette de prix 20 999 $ – 34 999 $
Prix du modèle à l'essai 29 976 $
Garantie de base 5 ans/100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 9,4 / 7,0 / 7,5 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents n.d.
Points forts
  • Prix alléchant
  • Joli design
  • Liste d’équipements de série impressionnante
Points faibles
  • Suspension ferme (Turbo)
  • Visibilité arrière médiocre
  • Places arrière peu accommodantes
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 Peu énergivore, même avec la boîte manuelle.
Confort 3.0/5 La suspension et les pneus à profil bas de la version Turbo procurent un roulement ferme en ville.
Performances 3.5/5 Couple généreux au décollage, mais la courbe de puissance du moteur turbo n’est pas linéaire, et semble s’essouffler rapidement.
Système multimédia 4.0/5 Facile à utiliser, beaucoup de boutons physiques et un écran tactile réactif.
Agrément de conduite 3.5/5 Amusante à conduire, mais ceux qui s’attendent à la tenue de route et la poussée d’une Golf GTI seront déçus.
Appréciation générale 4.0/5 La Veloster est une petite auto sport divertissante, mais elle brille davantage par son design et son prix que par sa dynamique de conduite. Exception faite de la Veloster N.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×