Les motocyclistes réclament le droit de zigzaguer

Publié le 30 septembre 2019 dans Actualité par Agence QMI

Par Jean Balthazard

Quatre points d’inaptitude et une amende salée, c’est ce qu’a reçu un motocycliste montréalais pour avoir zigzagué entre des véhicules cet été. Si ce genre de dépassement est fortement réprimandé au Québec, il est pourtant encouragé dans de nombreux pays.

Walid Nouisser circulait sur la rue Sainte-Catherine en juin lorsqu’il s’est faufilé entre deux voitures. Le jeune motocycliste de 23 ans était conscient que son geste était illégal et qu’il était dans le tort. Il indique toutefois qu’il a agi de la sorte parce qu’il « ne se sentait pas vraiment en sécurité ». Dans la voie de gauche où il s’est dirigé, il y avait plus d’espace, donc il était moins stressé de se faire frapper par une voiture, assure-t-il.

Le fait de dépasser des véhicules en zigzaguant à moto se nomme de la circulation interfiles. Si on devance des véhicules qui sont arrêtés à un feu rouge, on parle davantage de remontée de files.

Moins de risques

Zigzaguer entre des véhicules peut être sécuritaire si le motocycliste se déplace à peu près à la vitesse des gens qui l’entourent, rapporte d’ailleurs une étude parue en 2015 de l’Université de Californie à Berkeley. Les chercheurs ont démontré que les motocyclistes qui circulent en interfiles ont moins de chance de souffrir de blessures à la tête ou même de mourir en cas de collisions.

Cette pratique permet aussi de libérer de l’espace pour les autres usagers de la route, indique le directeur général de la Fédération motocycliste du Québec, Jean-Pierre Fréchette. « S’il n’y avait pas d’interfiles ou de remontée de files, il y aurait des congestions monstres dans plusieurs pays, dans plusieurs endroits », ajoute-t-il.

Au Québec, zigzaguer à moto est encore considéré comme illégal et jugé « non sécuritaire ». Pourtant, de nombreux pays ont légiféré afin de permettre la circulation interfiles ou la remontée de files. Et ce ne sont pas juste des endroits où il est possible de rouler à longueur d’année.

Ailleurs, ça bouge

La Ville de Toronto planche en ce moment sur un projet pilote qui permettrait aux motocyclistes de circuler entre des véhicules immobilisés à un feu de signalisation. « Le projet va créer un environnement plus sécuritaire pour les motocyclistes. Ils pourront se déplacer à l’avant d’une file, ce qui va désengorger la voie et donner plus d’espace aux autres usagers de la route », m’a répondu le conseiller municipal de la Ville de Toronto, Anthony Perruzza, qui est à l’origine de ce projet.

En Californie, la circulation interfiles est légale depuis 2016. Le California Highway Patrol (CHP), qui s’occupe de la sécurité routière, recommande toutefois que les motocyclistes inexpérimentés n’aient pas recours à cette pratique.

Le directeur général de la Fédération motocycliste du Québec, M. Fréchette, cite aussi en exemple d’autres pays, comme la France, l’Italie et l’Allemagne où zigzaguer à moto est « monnaie courante ».

M. Fréchette ne se fait pas d’illusion. Il sait que le gouvernement du Québec n’adoptera pas de sitôt un projet de loi pour autoriser cette pratique. La fédération motocycliste du Québec continue par contre de fournir au gouvernement des études lorsque d’autres pays font des lois en ce sens. L’organisme espère ainsi faire bouger les choses pour instaurer une pratique qu’il juge sécuritaire.

COÛT D’UNE AMENDE POUR CIRCULATION INTERFILES
Si la moto effectue plusieurs dépassements en zigzaguant =313$ + 4 points d’inaptitude
Si le motocycliste se déplace entre deux rangées de véhicules =190$
Total des contraventions remises pour circulation interfiles :
2017 :154
2018 :182
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×