Kia Sorento - Un succès pour la marque

Publié le 1er janvier 2020 dans 2020 par Germain Goyer

Pour 2020, le Sorento poursuit son petit bonhomme de chemin. Introduite sur le marché en 2016, la troisième génération de ce véhicule utilitaire intermédiaire marque une amélioration fulgurante par rapport aux modèles plus anciens. Dans un segment où les concurrents foisonnent, il est difficile de se distinguer. Tout est dans les subtilités.

Le moteur quatre cylindres 2,4 litres de base développe une puissance de 185 chevaux et un couple de 178 livres-pied. Certes, il ne se démarque pas par son souffle sans fin, mais il convient définitivement à la majorité des acheteurs à la recherche d’un véhicule spacieux, destiné à transporter toute la famille. Au sein de Hyundai/Kia, cette motorisation a fait ses preuves.

Étant donné que la capacité de remorquage de ce moteur de base est limitée à 907 kilogrammes, il est rassurant de savoir qu’un V6 est également offert. D’une cylindrée de 3,3 L, il peut remorquer jusqu’à 2 268 kilogrammes, ce qui représente un véritable atout. La puissance et le couple de ce bloc s’élèvent respectivement à 290 chevaux et 252 livres-pied.

Souple et doux, ce V6 consomme à peine plus que celui de base. En effet, en conduite combinée, le quatre cylindres consomme 10,2 L/100 km, soit un litre de moins que le V6. Ce petit écart s’explique entre autres par la boîte de vitesses. Alors que le V6 est jumelé à une automatique à huit rapports, on doit se contenter d’une boîte comptant deux rapports de moins si l'on opte pour la plus petite des deux motorisations.

En novembre 2017, Kia avait annoncé la venue d’un moteur diesel. Hélas, aucun écho depuis. Pas de son, pas d’image. On continuera d’attendre, ça a bien l’air.

Simplification de la gamme
De série, le Sorento accueille jusqu’à cinq occupants. Il faut se procurer une version LX à moteur V6 pour se balader jusqu’à sept personnes à la fois. Parmi les nouveautés intéressantes pour le nouveau millésime, notons que la transmission intégrale sera désormais offerte de série pour le Sorento. Une stratégie tout à fait logique puisqu’une majorité d’acquéreurs de ce VUS optaient pour l’intégrale de toute façon. On note en outre la disparition de la version SXL, la plus cossue. Avec un prix dépassant les 50 000 $, les potentiels acheteurs seront tout simplement redirigés vers le Telluride, introduit en 2020.

Bien que c’était justifié à leur arrivée au pays, il y a vingt ans, les véhicules de la marque Kia restent empreints de cette perception bas de gamme auprès du grand public. Mais ce n’est plus le cas, et le Sorento le démontre bien. À peine quelques minutes à bord du véhicule suffisent pour constater la qualité de l’habitacle. Sans être extravagant, il est de bon goût et tout nous laisse croire qu’il vieillira bien.

Et que dire de l’équipement de série, très complet! Pensons, entre autres, aux sièges chauffants à l’avant, au volant chauffant, à l’intégration d’Apple CarPlay et d’Android Auto ainsi qu’à l’écran tactile de sept pouces. Comme c’est le cas d’ailleurs pour les autres véhicules de la marque, cet écran est lié à un système multimédia vraiment facile à utiliser. On apprécie aussi la présence de boutons physiques, autant sur le volant que sur la planche de bord centrale, qui facilitent les manipulations. Sur le plan ergonomique, on ne peut rien lui reprocher!

Selon la déclinaison choisie, on peut également équiper le Sorento de sièges en cuir, ventilés à l’avant et chauffants dans la deuxième rangée, d’un toit ouvrant panoramique, d’un écran multimédia tactile de huit pouces avec navigation, d’une chaîne audio Harman Kardon à 10 haut-parleurs ainsi qu’un hayon à ouverture électrique. La liste de caractéristiques de sécurité avancés est aussi très exhaustive.

Son gabarit plus petit, du moins, par rapport aux autres VUS intermédiaires à sept passagers, le rend plus facile à manœuvrer dans le stationnement du centre commercial. Toutefois, la capacité de chargement n’est évidemment pas aussi grande que celle du Honda Pilot, du Ford Explorer ou du GMC Acadia, par exemple. Avec tous les sièges en place, on n’obtient que 320 litres d’espace, et quand les deux rangées de sièges arrière sont rabattues, le volume s’élève à 2 082 litres. Ce qui n’est pas à dédaigner non plus. Quant à l’espace à la troisième rangée de sièges, il y a pire que le Sorento dans ce segment.

Toujours aussi populaire
Depuis 2011, les ventes du Sorento au Canada auraient difficilement pu être plus stables. En effet, bon an mal an, il s’est vendu, au pays, entre 14 000 et 16 000 Sorento. Dans le segment des VUS intermédiaires, seuls les Ford Edge et Hyundai Santa Fe se sont vendus davantage.

Malgré cette popularité, tout porte à croire que la prochaine génération du Sorento sera dévoilée d’ici un an ou deux. D’ici là, il y a fort à parier qu’un certain nombre d’acheteurs fera le saut vers le nouveau Telluride, plus gros et plus moderne.

Feu vert

Feu rouge

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×