Toyota Tundra 2022 : amélioré, mais toujours dans l'ombre

Publié le 12 octobre 2021 dans Essais par Le Guide de l'auto

Ce n’est un secret pour personne, le segment des camionnettes pleine grandeur est le plus populaire de l’industrie. Il est le plus lucratif, aussi, pour ceux qui y œuvrent et connaissent du succès.

Il est dominé par les trois grandes marques américaines ; pas un secret non plus. Tellement, cependant, que ça laisse peu de place à la concurrence. Malgré tout, Toyota persiste et signe avec l’introduction d’une troisième génération de Tundra. Après une entrée en matière timide en 2000, une exécution plus sérieuse en 2007 (permettant même au modèle de faire une certaine percée), on a droit à quelque chose de très solide avec ce troisième opus.

Suffisant pour ébranler le trio de tête ? Non, mais pour faire réfléchir certains acheteurs, oui. Et c’est là que ce sera intéressant à surveiller. Voyons en gros ce que Toyota nous offre avec son Tundra 2022.

De A à Z

Après 15 ans sur le marché, il aurait été étonnant, voire décevant, de trouver un Tundra simplement amélioré. Pour cette refonte comme ce fut le cas en 2007, la compagnie a sorti les milliards pour tout revoir. Nouveau châssis, nouvelle approche avec la suspension (à double bras triangulé à l’avant, multibras et indépendante à l’arrière, adaptative et pneumatique en option), carrosserie entièrement redessinée, habitacle repensé, révolution multimédia, etc. Bref, mis à part l’appellation de certaines variantes, c’est un nouveau pick-up qu’on nous propose.

Sa gueule fait déjà jaser. Certains l’adorent, d’autres vocifèrent en la voyant, mais aucun ne hausse les épaules. Voilà un premier test réussi ; le nouveau Tundra a de la gueule et attire les projecteurs sur lui.

Photo: Le Guide de l'auto

Ne cherchez pas autant de variantes que chez les marques américaines cependant. En fait, on n’y pense même pas chez Toyota alors qu’on sait les premières places inatteignables. On s’est plutôt concentré pour offrir ce qui risque de satisfaire une majorité d’acheteurs.

Ainsi, deux formats de cabines seront proposés : Double et Crew Max. Avec la première, un choix de boîte de 6,5 ou de 8,1 pieds. Avec la deuxième, une caisse de 5,5 ou de 6,5 pieds, une nouveauté dans ce dernier cas. Pour ce qui est de la distribution des cabines à travers les niveaux de finition, c’est simple. Les deux sont livrables avec les modèles SR, SR5 et Limited. Avec les variantes Platinum, 1794 et TRD Pro, la cabine Crew Max est une exclusivité.

Ajoutez à cela deux ensembles qui peuvent être greffés à certaines déclinaisons, soit TRD Hors Route (SR5, Limited et 1794) et TRD Sport (SR5). Le premier sert un différentiel arrière à verrouillage électronique, un mode Crawl Control, ainsi que le système Multi-Terrain. Le deuxième livre une suspension aux réglages plus sportifs, ainsi que des jantes en alliage de 20 pouces.

Photo: Le Guide de l'auto

Et parlant de jantes, huit designs différents servent le Tundra 2022. Sept grilles distinctes peuvent aussi décorer le faciès. Et tant qu’à y être, mentionnons que 115 accessoires seront livrables, dont 51 tout neufs.

On le mentionnait d’entrée de jeu, ce ne sera peut-être pas suffisant pour ébranler l’establishment américain, mais certains acheteurs vont être attentifs.

Photo: Le Guide de l'auto

Mécaniques

La transformation du Tundra n’aurait pas été complète sans une métamorphose de l’offre sous le capot. Au menu, deux nouveaux groupes.

D’abord, un V6 biturbo de 3,5 litres, lequel annonce une capacité de 389 chevaux et 479 livres-pieds de couple. Puis, une variante hybride de ce dernier (i-Force Max), cette fois capable de 437 chevaux et 583 livres-pieds de couple. Dans les deux cas, la puissance s’exprime au maximum à 5200 tours/min, le couple à 2400 (notez que la fiche technique de la version SR fait état de 348 chevaux et 405 livres-pieds de couple). De l’essence à indice d’octane 87 est recommandée.

Photo: Toyota

Une boîte automatique à 10 rapports est de service partout. La capacité de remorquage maximale est à 12 000 livres. Ça va varier selon la configuration de boîtes et de cabines, mais à travers la gamme, Toyota confirme que ça va se situer entre 11 000 et 12 000 livres. Pour ce qui est de la charge utile, elle est à 1940 livres.

Au volant, c’est probant dans les deux cas et, évidemment, ce l’est plus avec la déclinaison partiellement électrifiée. Fait amusant, le son électronique (convaincant) d’un tonitruant moteur V8 se fait entendre lorsqu’on enfonce l’accélérateur. N’oublions pas qu’on vend du muscle. Et pour en rajouter sur la conduite, mentionnons que c’est très concluant. La nouvelle structure, beaucoup plus rigide, rend l’expérience plus solide, plus rassurante. Le confort fait aussi un gros pas en avant. On sent ce Tundra plus près à l’ouvrage, mais aussi plus apte à dorloter ses occupants. En somme, des progrès à tous les chapitres.

Pour les chiffres de consommation, il faudra se montrer patients dans le cas de la variante hybride qui est attendue au printemps 2022. Pour le modèle à essence, Toyota annonce une cote moyenne de 13,8 L/100 km en ville, 10,7 L/100 km sur l’autoroute, le tout pour un combiné de 12,4 L/100 km (à quelques décimales, les informations fournies annonçant des miles au galon).

Photo: Le Guide de l'auto

Habitacle et système multimédia

Enfin, quelques mots sur une des grandes forces de ce nouveau Tundra, son système multimédia. Ce dernier, développé en interne et comptant sur Google comme partenaire, se montre cinq fois plus rapide que tout ce que la compagnie a proposé jusqu’ici, mais surtout plus intuitif à l’usage. L’écran et ses fonctions tactiles vont vous rappeler votre téléphone ou votre tablette. Par exemple, la recherche d’un point d’intérêts et Google s’occupe du reste, même d’afficher si l’endroit est recommandé ou non.

Photo: Toyota

Nous aurons l’occasion d’analyser plus en détail cette nouvelle interface, mais sur ce plan, le Tundra prend une longueur d’avance. Nous reviendrons aussi sur quantité d’autres innovations de ce Tundra 2022, car nous n’avons pas fini de découvrir ce modèle. Ce sera le cas de la qualité intérieure, notamment, car au lancement, les habitacles des modèles essayés n’étaient pas toujours… complets.

Les prix, aussi, sont attendus avec impatience.

Pour Toyota, il est clair que des gains à court terme sont à prévoir à l’arrivée du véhicule en décembre. Le défi sera de maintenir la cadence, car les constructeurs américains ne lâcheront pas le morceau.

En vidéo: notre essai souvenir du Toyota Tundra 2010

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai n.d.
Version à l'essai 4x4 Crewmax Platinum
Fourchette de prix 47 010 $ – 64 250 $
Prix du modèle à l'essai 64 250 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/100 000 km
Consommation (ville/route/observée) 18,0 / 14,2 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Chevrolet Silverado 1500, Ford F-150, GMC Sierra 1500, Ram 1500
Points forts
  • Une gamme plus étoffée
  • Un comportement routier plus probant
  • Historique de fiabilité de la marque
Points faibles
  • Deux nouveaux groupes motopropulseurs qui devront faire leurs preuves
  • Toujours plus de polyvalence chez la concurrence
  • Va-t-on maintenir le rythme avec des mises à niveau fréquentes ?
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5
Confort 4.0/5
Performances 4.0/5
Système multimédia 4.5/5
Agrément de conduite 4.0/5
Appréciation générale 4.0/5
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×