Guide Auto: Sachez survolter... sans vous amocher

Publié le 15 décembre 2016 dans Conseils: Protégez votre auto par Nadine Filion

Savez-vous survolter? Gageons que non.

Le survoltage — le « boostage », en bon québécois – est chose courante par chez nous, surtout une fois l’hiver venu. Pourtant, trop peu d’automobilistes pratiquent la bonne méthode. Et malheureusement, ceux-là s’exposent à des dangers bien réels, tant pour le véhicule que pour eux-mêmes.

Vous trouvez qu’on exagère? Sachez que deux calamités peuvent survenir. D’abord, une surtension peut se produire et venir endommager les systèmes électriques de la voiture. Et comme une telle défaillance n’est pas couverte par la garantie du constructeur, ça risque de coûter cher…

Par ailleurs, un survoltage raté peut provoquer une étincelle, qui enflammerait alors les émanations de la batterie. S’ensuivrait une explosion d’où giclerait de l’acide. Comme l’opération exige que l’on se penche au-dessus de ladite batterie, si celle-ci explose... bon, pas besoin de vous faire un dessin.

Maintenant que nous vous avons bien alarmé sur les dangers du survoltage, prenez un instant pour lire les conseils qui suivent. Tant qu’à y être, imprimez-les et conservez-les dans votre boite à gants; on ne sait jamais à quel moment vous aurez besoin de vous remémorer que :

1) On ne se touche pas!
Jamais, le véhicule qui vient à la rescousse (appelons-le « le dépanneur ») ne doit entrer en contact avec le véhicule en panne. Sinon, ça risque la surtension.

C’est donc dire que les câbles à survolter devront être suffisamment longs pour rejoindre les deux capots en une manoeuvre sécuritaire – souvenez-vous que les pinces non plus, au moment de leur installation, ne doivent pas se toucher entre elles.

2) Le dépanneur d’abord
Le survoltage, c’est un peu comme l’oxygène dans un avion : il faut d’abord maintenir en vie celui qui dépanne. Donc, première manœuvre : démarrez (ou laissez en marche) le véhicule dépanneur.

Besoin d’un truc pour vous rappeler de commencer par cette étape? Pensez à la dernière fois où vous avez survolté et, qu’à l’installation des pinces sur la batterie à plat, vous avez entendu le moteur du « dépanneur » baisser de régime…C’est que dès les premiers moments d’un branchement, l’énergie commence déjà à circuler. Laissez-le donc le dépanneur tourner pour éviter, qu'à son tour, il ne tombe en panne.

3) Du U positif
L’ordre de branchement des câbles de survoltage est capital – mais il est peu connu. Pour vous en souvenir, dites-vous qu’il vous faut du U positif.

Ainsi, vous installez la première pince à la borne positive de la batterie à plat. La seconde vient ensuite s'installer à la borne positive de la batterie qui dépanne. Voyez, comme vous êtes positif!

Pour compléter le U que les câbles formeront, vous installez la pince négative à la borne négative qui dépanne, puis la dernière pince... Noooon! Cette dernière pince ne s'installe pas à la borne (négative) du véhicule à plat. Il faut plutôt la poser à au moins 30 centimètres de la batterie dépannée, et ce, sur une pièce métallique solide (le support d’alternateur, par exemple). Sans quoi, on risque l’étincelle.

Ça vous en bouche un coin, n'est-ce pas? Nous vous l'avions dit, que vous ne saviez pas « booster »...

Petite remarque : si le véhicule en panne est récent, il vous faudra peut-être retirer quelques couvercles en plastique pour trouver une pièce métallique qui se respecte...

4) Patience...
Bon, le branchement est convenablement fait et vous voilà prêt à ressusciter le véhicule en panne.

Une petite minute : est-ce que la boite automatique est bien engagée, comme il se doit, à la position P? Pour une transmission manuelle, le fait d’engager le levier au neutre ne suffit pas, il faudra enfoncer l'embrayage.

Profitez-en pour vérifier que le frein de stationnement soit bien serré, que les accessoires électriques – dégivreur, chauffage, plafonnier, phares, radio, alouette – soient bien éteints.Ce faisant, vous faites ce qu'il faut : vous laissez le temps aux premiers échanges d’énergie de se stabiliser. Ah, toujours ces risques de surtension...

5) C'est parti! Pas si vite...
Voilà. Le véhicule a repris vie? Bravo! Mais... ne vous dépêchez pas de retirer les câbles — l'autre erreur courante du survoltage.

De fait, il faut laisser les câbles en place cinq bonnes minutes. Les retirer trop vite, alors que l’alternateur met les bouchées doubles pour emmagasiner de l’énergie, pourrait entrainer... vous l'avez deviné : une surtension. Ne vous inquiétez pas pour la santé de la batterie dépanneuse : tant que les deux moteurs — et leur alternateur — fonctionnent, la demande en courant est minime et il n'y aura pas d'embrouille.

Cinq minutes, c'est long? Utilisez-les pour remettre graduellement les accessoires électriques en marche — voilà une excellente façon de rééquilibrer les forces en présence.

6) Du U négatif pour débrancher
C'est logique : on retire les câbles dans l’ordre inverse du branchement. Du U négatif, cette fois.

D'abord, on retire la pince installée sur sa pièce métallique, puis celle posée sur le négatif du véhicule qui dépanne. Viennent ensuite la pince sur le positif du véhicule qui dépanne et, enfin, la pince sur le positif du véhicule ressuscité.

Toujours, faites en sorte que les câbles ne se touchent pas.

On n'est jamais trop prudent...
Vous ne serez jamais trop prudent avec quelque chose qui peut vous exploser au visage, alors n’hésitez pas, avant d'opérer, à couvrir la batterie fautive d'un linge.

Pensez à retirer vos bagues, bracelets et bijoux métalliques, histoire d'éviter les étincelles. Vous voudrez peut-être même porter des lunettes de sécurité... Une chose est sûre : ne fumez pas. Ça pourrait embraser les émanations de la batterie.

Oh, la batterie à dépanner arbore des flancs gondolés? C'est dire qu'elle a gelé et qu'elle n'est plus bonne à rien. Ne la survoltez pas : appelez un vrai dépanneur pour faire remorquer la voiture...

Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires

🛈 En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×