BMW i8 2017 : le futur maintenant

Publié le 4 octobre 2017 dans Essais par Sylvain Raymond

Depuis que le concept a été présenté en page couverture du Guide de l’auto 2012, la BMW i8 n’a cessé de nous impressionner chaque fois qu’on l’apercevait. Même après trois ans de commercialisation, elle fait tourner les têtes et attire l’attention des passants comme peu de véhicules le font. C’est exactement pour cette raison qu’on l’aime.

La BMW i8, c’est non seulement le modèle porte-étendard du constructeur, mais elle fait aussi partie de la famille des « i », la famille de voitures électriques de la marque bavaroise. Si la petite BMW i3 est 100% électrique — elle peut tout de même être munie d’un prolongateur d’autonomie — la i8 de son côté se présente sous les traits d’une hybride rechargeable. Cette superauto sport démontre tout le savoir-faire technologique de BMW et reflète très bien la tendance des nouveaux bolides qui conjuguent style, performance et respect de l’environnement.

Certainement pas une voiture de détective privé
Lorsque l’on aperçoit la i8, il est difficile de ne pas être épaté par ses lignes spectaculaires. Son design ultramoderne n’a rien de commun et c’est en bonne partie ce qu’il lui vaut toute l’attention qu’elle reçoit. C’est plus frappant si la carrosserie est blanche et noire, comme c’était le cas de notre modèle d’essai, puisque le jeu de contraste est saisissant. C’est encore plus réussi grâce aux nombreux accents bleutés.

Lors de notre essai, plusieurs conducteurs et passants l’ont photographiée, et c’est sans compter les nombreuses discussions qu’elle a suscitées. Côté exclusivité, la BMW i8 2017 est incontestablement un grand succès. Le fait que les portières se déploient vers le haut, à partir du pilier du pare-brise, procure à la voiture tout son charme et constitue sa plus belle carte de visite. L’arrière est tout aussi beau, notamment avec ses parties flottantes en porte-à-faux situées au-dessus des ailes.

Se glisser à bord n’est pas une mince tâche. Il faut se pencher pour ne pas se frapper la tête et les seuils de portière sont très larges. La sortie n’est pas plus élégante, mais on ne s’en formalise pas trop, cela fait partie de l’expérience. Le truc? Il faut ’asseoir dans le siège et faire pivoter une jambe à la fois!

Si l’on avait été dérouté par l’habitacle de la i3, cela n’a pas été le cas avec la i8. Tout propriétaire de BMW se sentira rapidement à l’aise et dans un environnement connu. C’est probablement notre principal reproche. On a mis la barre très haute avec le design extérieur, on se serait attendu à un habitacle tout aussi futuriste.

Le levier d’embrayage, le système iDrive avec son écran d’affichage et la console centrale nous rappellent les autres modèles. Seule l’instrumentation entièrement numérique est d’apparence plus techno. L’ensemble Pure Impulse ajoute au design intérieur avec entre autres des ceintures de sécurité bleues. Ce qu’il y a de magnifique à bord? L’éclairage en soirée, un véritable spectacle! Bon point également pour les nombreuses appliques en fibre de carbone, notamment le contour des portières.

Assez pratique la i8
Si la majeure partie des bolides exigent de laisser les enfants à la maison, ces derniers seront ravis de découvrir deux sièges arrière à bord de la i8. Certes ils ne sont pas très spacieux, mais ils ajoutent grandement à l’aspect pratique de la voiture, si ce n’est que pour y déposer des objets car, il faut bien l’avouer, la i8 n’est pas très bien nantie en termes d’espace de chargement. On retrouve simplement un petit rangement à l’arrière sous le hayon vitré. Il faut donc voyager léger!

Photo: Sylvain Raymond

Concernant la motorisation, la BMW i8 2017 est assez unique. Son capot avant abrite un moteur électrique de 131 chevaux relié à un ensemble de batteries lithium-ion de 7,1 kWh, dont 5,2 kWh sont réellement utilisables. Il envoie sa puissance aux roues avant via une boîte de vitesses à deux rapports. En mode 100% électrique, la voiture est donc uniquement à roues motrices avant. Il faut compter environ 2,5 heures pour recharger l’ensemble sur une borne résidentielle, beaucoup plus avec du 120 volts.

Les roues arrière sont mues par un moteur trois cylindres de 1,5 litre turbocompressé, jumelé à une boîte automatique à six rapports et développant 231 chevaux, ce qui porte le total à 357 chevaux et un couple de 420 lb-pi, créant ainsi un rouage intégral en conditions normales.

Une fois au volant, quatre modes de conduite s’offrent à vous. Le premier, eDrive, vous permet de circuler environ 25 km en mode purement électrique et ainsi profiter d’une voiture zéro émission. Cette autonomie peut aussi être récupérée grâce au freinage régénératif ou simplement en circulant en mode Sport. Les modes Confort et Eco Pro vous font profiter d’une conduite hybride, confortable et relativement performante. Pour réellement apprécier les qualités dynamiques de cette i8, il faut déplacer le levier d’embrayage vers la gauche afin d’activer le mode Sport. L’instrumentation devient rouge et le moteur laisse les régimes grimper un peu plus, le tout accompagné d’une sonorité synthétisé par le système audio du véhicule. On est loin du ronronnement d’un V8.

La i8 prend ainsi vie et livre des performances décentes, mais pas bestiales. Le sprint du 0-100 km/h est l’affaire de 4,5 secondes, mais c’est surtout le couple imposant déployé rapidement que l’on apprécie. On nous promet plus de puissance l’an prochain, ce serait très apprécié.

Photo: Sylvain Raymond

Les sièges offrent un bon support et la vision est étonnamment bonne. La position de conduite est basse, typique des bolides exotiques. La direction demeure communicative et permet d’enfiler les virages avec aise. La répartition des masses pratiquement idéale et le centre de gravité très bas ajoutent au dynamisme de la i8. Malgré ses aspirations, la BMW i8 2017 n’est pas du calibre de certains autres bolides. On pourrait la qualifier de sportive, spectaculaire.

À propos de sa consommation, nous nous en sommes tirés avec un excellent 6,8 L/100 km, en combinant des conduites entièrement électriques, hybrides et plus sportives. Rares sont les bolides qui peuvent en offrir autant et la bonne nouvelle, c’est que la i8 ne pose aucun souci d’autonomie.

La BMW i8 2017 est sans aucun doute dans une classe à part et a peu de rivales. Si vous recherchez le comportement d’une Porsche 911 ou d’une Audi R8, la i8 vous laissera sur votre appétit. Elle gagne toutefois le combat au chapitre de l’exotisme et de la technologie.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai BMW i8
Version à l'essai Base
Fourchette de prix 149 900 $
Prix du modèle à l'essai 149 900 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans/80 000 km
Consommation (ville/route/observée) 8,4 / 8,1 / 6,9 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Acura NSX, Aston Martin Vantage, Jaguar F-TYPE, Lamborghini Huracán, Lexus LC, Maserati GranTurismo, McLaren 540C, Porsche 911
Points forts
  • Exclusivité assurée
  • Ligne ultra modernes
  • Système hybride efficace
  • Pas de soucis d'autonomie
  • Quatre places
Points faibles
  • Prix assez corsé
  • Peu d'espace de chargement
  • Performances décentes, mais pas impresionnantes
Fiche d'appréciation
Consommation 4.5/5 L'avantage de son système hybride.
Confort 4.5/5 Très confortable en conduite quotidienne par rapport à d'autres exotiques.
Performances 3.5/5 Sportive, mais pas un super bolide.
Système multimédia 4.0/5 Les améliorations au système iDrive commencent à porter fruit.
Agrément de conduite 3.5/5 On aimerait un peu plus de muscle.
Appréciation générale 4.5/5 On a l'impression qu'elle nous propulse dans le futur!
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×