Un bolide 100% québécois présenté au Salon de l’auto de Toronto

Publié le 13 février 2020 dans Actualité par Germain Goyer

Antoine Bessette était fier de présenter la plus récente mouture de son bolide d’exception, la cB7R, au Salon de l’auto de Toronto.

Après avoir été l’attraction principale de l’édition 2019 du salon de Montréal, voilà que l’ancien pilote et fondateur de la marque Felino s’est déplacé dans la Ville-Reine.

Très similaire au modèle peint en brun qui était exposé au Palais des congrès, cette nouvelle version plus peaufinée se distingue tout d’abord par sa peinture bleue. Son créateur a mentionné que « ses phares, ses feux de même que son volant ont été changés. Des améliorations ont aussi été apportées à la console. »

Sur le plan technique, la cB7R est essentiellement la même. Capable d’atteindre les 345 km/h, elle est propulsée en option par un V8 de 7,0 L qui développe une puissance et un couple qui s’élèvent respectivement à 700 chevaux-vapeur et 580 livres-pied. Pour franchir le cap des 100 km/h, 2,9 secondes suffisent.

De série, elle est livrée avec un moteur V8 d’un volume de 6,2 L qui génère 525 chevaux-vapeur et 486 livres-pied. Pour obtenir l’un des dix exemplaires produits, il faut minimalement allonger 360 000 $.

Il est à noter que ces deux motorisations sont atmosphériques et qu’elles peuvent être jumelées à une transmission manuelle à six rapports ou à une boîte séquentielle étagée sur autant de rapports en option.

Son châssis est fabriqué à partir de fibre de carbone, de kevlar et de métal. Chaque voiture construite par Felino est homologable selon les normes de Transport Canada.

Photo: Marc-André Gauthier

Si l’entreprise dont les installations sont basées à Laval fait actuellement affaire avec un sous-traitant pour le développement et la conception de ses roues, elle a bien l’intention d’ajouter cette étape de production au sein de sa propre usine.

Depuis la dernière apparition publique d’une des voitures de la marque bien de chez nous, notons que l’équipe s’est agrandie. En effet, Greg Baker, qui a notamment œuvré en Formule 1 chez Lotus, Renault et Williams, a été embauché à titre de directeur des opérations mécaniques de la PME québécoise.

Plus qu’une voiture
Lorsqu’on fait l’acquisition d’une voiture assemblée par l’équipe de M. Bessette, on achète bien plus qu’une voiture. En plus de pouvoir personnaliser l’habitacle à sa guise, le siège est moulé spécifiquement en fonction de celui qui la conduira.

Tout dépendant de l’utilisation qu’on compte faire de la voiture qui est assemblée entièrement à la main, il est également possible d’ajuster entre autres le ratio de la transmission en plus de la fermeté des suspensions.

Photo: Marc-André Gauthier

Finalement, au moment de prendre possession du véhicule, un cours sur piste est offert. Techniciens et ingénieurs sont sur place. L’homme d’affaires à la tête de l’entreprise racontait que le premier acheteur était si heureux de son achat qu’il a carrément embrassé la voiture qu’il venait d’acquérir.

Étant donné que certains clients préfèrent l’anonymat, on peut seulement nous informer de la vente de deux exemplaires de la Felino cB7R

Photo: Marc-André Gauthier

Une version plus radicale à venir
Antoine Bessette nous a confié qu’une version encore plus spectaculaire verrait le jour d’ici la fin de l’année. Sans toutefois mentionner davantage de détails au sujet de celle qui portera l’appellation « cB7+ », il s’est permis de dire « qu’elle serait également construite à la main et qu’elle serait plus puissante, mais aussi plus luxueuse. » Quant à son prix de départ, il dépassera le demi-million.

Parmi les dix unités qui seront éventuellement assemblées, l’une d’entre elles est déjà vendue.

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×