Lexus IS 2021 : un pied en avant, un pied dans le passé

Publié le 10 juin 2021 dans Essais par Guillaume Rivard

Pour 2021, deux berlines compactes de luxe japonaises ont fait peau neuve et se sont améliorées dans l’espoir de rattraper les autos allemandes.

L’Acura TLX et la Lexus IS de nouvelle génération misent dorénavant un peu plus sur la sportivité, chacune à leur manière. Notre plus récent essai routier de la seconde nous a fait voir un beau pas en avant, alors que l’autre pied semble figé en arrière, dans le passé.

Attirante…

Plus longue et plus large de 30 millimètres que l’ancien modèle (même empattement), la nouvelle IS a évolué sur le plan du design de façon conservatrice mais efficace. On aime bien la calandre plus imposante, les phares d’apparence plus moderne, les feux arrière liés par une bande de lumière ainsi que les roues agrandies au look attrayant (18 pouces de série, 19 pouces en option).

Notre modèle d’essai, la IS 350 AWD F Sport Série 3, se démarquait également avec des moulures au bas de la carrosserie, des pneus arrière plus larges, un nouvel aileron arrière et un échappement exclusif, sans oublier les inévitables écussons « F Sport ».

Photo: Guillaume Rivard

… jusqu’au moment de glisser à bord

Par contre, quelle déception de retrouver à l’intérieur un décor qui ne change à peu près pas! La planche de bord, le bloc central, les commandes, le volant, les cadrans derrière celui-ci… À part un petit réaménagement de la console, un nouvel écran central tactile et des bouches d’air circulaires dans les coins, impossible de ne pas se sentir comme dans la vieille IS.

Photo: Guillaume Rivard

Ledit écran mesure huit pouces de série ou 10,3 pouces en option. Il a été rapproché de près de 80 millimètres, mais il demeure difficile à atteindre à partir du siège conducteur. L’alternative pour le contrôler est le pavé tactile sur la console, qui remplace l’espèce de souris appelée Remote Touch. Cette solution n’est guère mieux, toutefois, causant encore beaucoup de distractions et de frustrations en conduisant. Ici, Apple CarPlay et Android Auto sont une bénédiction.

Ajoutons que les deux seuls ports USB disponibles sont cachés sous l’accoudoir central et que des commodités désirables - que l’on retrouve chez la concurrence - ne figurent nulle part au menu, comme un plateau de recharge sans fil et un affichage tête haute. De plus, bien que l’assemblage soit digne de mention, certains matériaux et coloris laissent à désirer. En somme, l’habitacle de la Lexus IS 2021 manque de raffinement et surtout de modernisme.

Photo: Guillaume Rivard

Plus de contrôle et de sécurité

Visiblement, le constructeur a préféré investir ses ressources ailleurs, notamment dans l’amélioration de la tenue de route et de la maniabilité par la création d’un centre d’essai technique à Shimoyama, au Japon. La berline IS est la première incarnation de sa nouvelle « Signature de conduite Lexus ».

La voiture profite d’une structure plus rigide qu’avant, tandis que la suspension reçoit des bras en aluminium forgé, des barres stabilisatrices, des ressorts hélicoïdaux et plus encore. En prime, toutes ces pièces sont plus légères de près de 20%.

Photo: Guillaume Rivard

Sur la route, on doit reconnaître que le travail a bien porté fruit. Le roulement demeure confortable grâce à l’amortissement adaptatif, alors que l’agilité et la stabilité grimpent d’une bonne coche. La direction se veut précise (pas autant qu’une BMW Série 3, mais quand même) et on sent le châssis très d’aplomb et à plat dans les virages, ce qui permet de nous diriger avec assurance. Les excellents sièges sport de notre modèle d’essai, aussi douillets qu’enveloppants, rehaussent cette sensation de solidité et de contrôle. Le freinage est à la hauteur et facile à doser.

Mentionnons par ailleurs que le Système de sécurité Lexus+ a été bonifié pour 2021. Par exemple, la caméra et le radar du dispositif de prévention des collisions sont maintenant capables de détecter plus efficacement les dangers potentiels, même un cycliste qui roule devant la voiture lorsqu’il fait sombre. La reconnaissance des marquages et des bords de la route pour le dispositif d’aide au maintien dans la voie a aussi été améliorée.

Dommage, les mêmes moteurs

Malgré tout ça, Lexus n’a pas cru bon d’apporter des changements sous le capot. La Lexus IS 2021 reprend les deux mêmes groupes motopropulseurs que l’on connaît déjà, à commencer par le quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres de la version IS 300 à roues motrices arrière, qui développe 241 ch et 258 lb-pi de couple. Elle est jumelée à une boîte automatique à huit rapports.

Photo: Guillaume Rivard

Réputé pour sa fiabilité, le V6 de 3,5 litres des versions IS 300 et IS 350 à rouage intégral génère toujours 260 ch/236 lb-pi et 311 ch/280 lb-pi, respectivement. Hélas, la puissance est ici contrôlée par une transmission automatique à six rapports seulement. Plus ou moins bien étagée, cette boîte déteste qu’on la presse en écrasant la pédale au plancher (sauf peut-être en mode Sport+) et elle n’aide pas à baisser la consommation (moyenne de 10,8 L/100 km), c’est d’autant plus regrettable que de l’essence super est exigée. Et au fait, ce n’est pas tout le monde qui s’extasiera devant le système qui amplifie électroniquement le son du V6 par le biais des haut-parleurs.

La bonne nouvelle pour les amateurs de performance, c’est que Lexus joint à la gamme pour 2022 une IS 500 F Sport Performance à moteur V8 de 5,0 litres déployant 472 ch, de quoi se frotter aux BMW M3, Alfa Romeo Giulia Quadrifoglio et Cadillac CT4-V Blackwing. La mauvaise nouvelle, pour les plus écolos, c’est qu’il n’y a toujours pas de variante hybride, même si la majorité des produits Lexus en offrent une de nos jours. Ce serait pourtant une belle façon de se démarquer des concurrents.

Verdict

Vendue de 43 600 $ à tout près de 60 000 $ (sans compter les frais de transport et de préparation), la Lexus IS 2021 n’est pas l’évolution que l’on attendait, malgré de beaux efforts pour améliorer la conduite. Son confort, sa fiabilité et sa valeur de revente sont toujours là, mais ceux qui magasinent pour une voiture compacte de luxe ont des choix plus attrayants et modernes ailleurs.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Lexus IS 2021
Version à l'essai 350 TI
Fourchette de prix 43 400 $ – 53 950 $
Prix du modèle à l'essai 53 950 $
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 6 ans/110 000 km
Consommation (ville/route/observée) 12,2 / 9,0 / 10,9 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Acura TLX 2021, Alfa Romeo Giulia 2021, BMW Série 3 2021, Audi A4 2021, Cadillac CT5 2021, Infiniti Q50 2021, Mercedes-Benz Classe C 2021, Volvo S60 2021
Points forts
  • Moteur fiable
  • Suspension et direction améliorées
  • Excellents sièges
Points faibles
  • Intérieur déjà démodé
  • Places arrière étroites
  • Toujours pas d’hybride
Fiche d'appréciation
Consommation 3.0/5 En l’absence d’une version hybride, les mécaniques proposées ne brillent pas à ce niveau.
Confort 4.0/5 Les sièges sont excellents et l’habitacle est silencieux.
Performances 3.5/5 Le V6 libère une belle puissance, sauf que sa boîte à six rapports n’aime pas qu’on la presse. Attendons la IS 500.
Système multimédia 2.5/5 L’écran est un peu trop éloigné et le pavé tactile sur la console est peu convivial.
Agrément de conduite 4.0/5 Franchement, une belle amélioration.
Appréciation générale 3.5/5 La nouvelle IS est agréable à conduire dans la vie de tous les jours, mais son habitacle manque de commodités et de modernisme.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×