Pollution : Équiterre blâme le marketing des VUS et des camions

Publié le 18 juin 2021 dans Actualité par Guillaume Rivard

Les VUS et les camionnettes à moteur à combustion représentent maintenant 80% des ventes canadiennes alors que seulement 3,5% sont des véhicules électriques ou hybrides.

Ce grand débalancement neutralise les efforts pour combattre les changements climatiques et est en bonne partie attribuable au marketing trompeur et exagéré de l’industrie automobile, croit le groupe Équiterre, qui s’appuie sur nouvelle étude de l’organisme canadien Environmental Defence.

« On dépense des sommes astronomiques pour promouvoir ces véhicules énergivores. Au Canada, quatre publicités automobiles sur cinq mettent uniquement ou majoritairement de l’avant des VUS et des camionnettes à essence, dénonce Équiterre. Les constructeurs automobiles tardent à lancer des modèles de véhicules électriques abordables, préférant s'en tenir à des VUS, qui sont plus rentables. »

Photo: Stellantis

Équiterre pointe également vers une autre enquête menée par le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO), qui explore les motivations des consommateurs canadiens lorsque vient le temps de faire l’achat d’un camion léger, en particulier les VUS.

« L’intérêt pour les véhicules plus imposants réside beaucoup dans les perceptions. Il s’inscrit dans un contexte où son utilisation est normalisée, ce qui n’était pas le cas il y a à peine 25 ans, affirme Andréanne Brazeau, analyste en mobilité chez Équiterre. L’industrie automobile nous a convaincus qu’ils étaient essentiels pour affronter notre grand territoire et son climat nordique, de même que pour déplacer notre famille confortablement et sécuritairement. Pourtant, le territoire canadien demeure inchangé, le climat se réchauffe et les familles sont moins nombreuses qu’avant. »

Équiterre souhaite non seulement que le gouvernement fédéral intervienne pour exiger des constructeurs qu'ils vendent davantage de véhicules électriques au pays et pour bonifier les incitatifs visant à les rendre encore plus abordables, mais il presse également Ottawa d’encadrer plus rigoureusement les pratiques publicitaires et communicationnelles de l’industrie automobile.

« En pleine crise climatique, il est inacceptable de la laisser mousser les ventes de produits dommageables pour l’environnement au Canada en alimentant certaines perceptions inexactes », ajoute Andréanne Brazeau.

Photo: Toyota

L’organisme estime par ailleurs que les gens sont plus susceptibles d’opter pour un VUS ou un camion en raison des normes sociales, mais aussi parce qu’ils « s’informent moins auprès de médias spécialisés tels que les magazines automobiles et s’informent plutôt via les publicités des médias traditionnels (radio et télé) et les médias sociaux pour faire un choix. »

Voilà un son de cloche bien clair. Maintenant, quel est le vôtre? On veut vous entendre là-dessus dans la section des commentaires qui se trouve plus bas.

En vidéo: l'essor de la voiture électrique vu par Daniel Breton

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×