Chevrolet Malibu 2016 : Retour en force de la berline intermédiaire

Publié le 9 décembre 2015 dans Premiers contacts par Frédérick Boucher-Gaulin

Même si le marché de l'automobile est actuellement très favorable aux VUS de tout acabit, il n'en demeure pas moins que les berlines intermédiaires sont encore populaires : rien qu'aux États-Unis, c'est plus de deux millions de ces véhicules qui trouvent preneurs chaque année.

Dans ce segment, Chevrolet offre depuis longtemps la Malibu; bien qu'elle possède l'historique et le nom pour attirer les acheteurs, les ventes au cours des dernières années n'ont pas été significatives auprès des particuliers. Toutefois, les ventes commerciales — comme les entreprises de location et les services gouvernementaux — demeurent très hautes. Voilà pourquoi, à peine quelques années après avoir subi une refonte complète et moins de 18 mois après un restylage, la huitième génération de la Malibu a été remplacée.

Dites bonjour à la Chevrolet Malibu 2016, neuvième du nom.

Pour attirer le regard
 Lorsque la Malibu 2016 a été dévoilée au Salon de l'auto de New York, plusieurs sont tombé sous le charme de ses lignes : son nez plongeant vers des phares étroits et sa grille minimaliste lui confèrent une apparence puissante, tandis que les quelques courbes sur ses flancs dynamisent l’ensemble. La ligne plongeante du toit donne l'impression qu'il s'agit d'une quatre portes à hayon, mais ce n'est pas le cas; la Malibu possède un vrai coffre arrière. Lors du lancement, plusieurs de mes collègues ont d'ailleurs comparé la forme générale du toit à celle de l'Audi A7, ce qui est tout un compliment pour une Malibu!

À l'intérieur, on note que Chevrolet veut nous faire oublier ses produits d'antan : la planche de bord a des courbes fluides, et les cuirs des versions plus équipées sont de bonne qualité (on a droit à ce matériel uniquement à partir de la variante LS). Même si les ingénieurs ont recouvert la majorité des surfaces que l'on touche fréquemment (intérieurs de porte, appuie-bras, console centrale...), d'autres parties de l'habitacle sont faites de plastiques durs; je suis d'avis que ce matériau n'a plus sa place dans un véhicule «se voulant « luxe ».

Le système d'infodivertissement MyLink de Chevrolet est de retour, et qu'il est accessible via un écran de 7 ou 8 pouces, dépendamment du niveau d'équipement.

Surveillance parentale
Pour se démarquer de la compétition, Chevrolet a instauré une foule de nouvelles technologies dans la Malibu 2016 : l'une d'elles est le programme Teen Driver, qui permet aux parents de surveiller les habitudes de conduite de leurs rejetons. Via l'écran tactile, on peut activer diverses fonctions : par exemple, on peut empêcher le système audio de fonctionner si les ceintures ne sont pas bouclées ou même limiter le volume maximal, activer une alarme sonore si le véhicule dépasse une vitesse préprogrammée, etc!

Une fois l'ado revenu à la maison, il est facile d'accéder au système pour savoir quelle distance la Malibu a parcouru, la vitesse maximale atteinte et une foule d'autres informations incriminantes. Parents, soyez cependant avertis : cet outil pourra aussi être utilisé par vos enfants pour vous démontrer à quel point ils ont une conduite responsable...

À chacun son moteur
Il y a trois motorisations au programme pour la Malibu 2016 : l'ancien moteur de base (un quatre cylindres de 2,5 litres) a été remplacé par un 1,5 litre. Ça peut sembler risible dans une voiture de cette taille, mais grâce à la magie de la turbocompression, c'est 160 chevaux ainsi qu'un impressionnant couple de 184 livres-pied qui sont dégagés par ce moteur. Il vient de série avec une transmission automatique à six rapports.

Puisque la Malibu a toujours eu une motorisation optionnelle pour ceux désirant plus de performance, Chevrolet inclut aussi dans la liste d'options un 2,0 litres turbocompressé générant 250 chevaux et 258 livres-pied de couple.

Finalement, on découvre aussi une variante hybride; utilisant le système électrique de la Volt et un moteur de 1,8 litre, cette Malibu ce situe entre la version de base et le modèle tout équipé, en terme de performances : avec un 0-100 km/h accompli en moins de 8 secondes, elle est capable de se glisser dans un trou au milieu de la circulation, et le constructeur annonce une consommation d'essence moyenne de 5,0 litres aux 100 km.

Une conduite surprenante
Mon essai de la Malibu a débuté par quelques tours de roue au volant de la 1,5 litre; si j'avais des réserves quant à la pertinence d'un moteur aussi petit dans une berline intermédiaire, j'ai été surpris par son couple : en ville, on ne manquera jamais de puissance, mais le moulin s'essouffle lorsque l'on tente de dépasser sur une route secondaire. Cependant, comme bien peu de propriétaires de Malibu conduisent avec le même empressement que les journalistes automobiles, je suis persuadé que cette motorisation conviendra à la majorité des gens (Chevrolet s'attend d'ailleurs à ce que 75 % des Malibu 2016 vendues aient ce moteur). Mentionnons que cette version vient avec un système Start/Stop qui, bien qu'on ne puisse le désactiver, est un des plus discrets de l'industrie; il faut vraiment porter attention pour l'entendre ou le sentir vibrer au démarrage.

Comme l’on s'y attend, la version 2,0 litres a beaucoup plus de panache : ses 250 chevaux sont amplement suffisants pour s'élancer entre deux feux rouges, et le fait qu'elle ait droit à une transmission automatique à huit rapports (sensiblement la même que la Corvette et le Silverado) fait en sorte que les révolutions du moteur sont toujours basses.

Finalement, la version hybride reçoit un des plus beaux compliments que je puisse faire au sujet de ce type de véhicule : elle se conduit aussi bien que ses consœurs à motorisation conventionnelle. Le module électrique alterne entre ses deux modes de façon fluide, le 1,8 litre venant à la rescousse du moteur électrique lors d’accélérations franches.Il n'y a pas de commandes déroutantes pour un néophyte de l'énergie électrique : il suffit d'enfoncer le bouton de démarrage, de mettre le levier de vitesses à la position D et de prendre la route!

Enfin compétitive
Si la mouture de base L débute à 23 495 $, General Motors s'attend à ce que ce soit la variante LS (25 995 $) qui ait le plus de succès. Les versions LT (26 995 $) et Premier (33 795 $) seront réservées à ceux qui désirent plus de luxe. Notez que seule la Premier vient avec le 2,0 litres, et qu'il faut aller du côté des LS et Premier pour avoir l'hybride.

Si la Malibu a eu un rôle de figuration au cours des dernières années, Chevrolet semble déterminé à rappeler au monde qu'il vend lui aussi une berline intermédiaire. Si les acheteurs sont prêts à redonner une chance à ce modèle, la Malibu 2016 a ce qu'il faut pour regagner ses lettres de noblesse.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Chevrolet Malibu
Version à l'essai Hybrid
Fourchette de prix 28 000 $ – 34 000 $
Prix du modèle à l'essai 34 000 $
Garantie de base 3 ans/60 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 5 ans/160 000 km
Consommation (ville/route/observée) 4,9 / 5,2 / 4,8 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Buick Regal, Chevrolet Volt, Chrysler 200, Ford Fusion, Honda Accord, Hyundai Sonata, Kia Optima, Mazda6, Nissan Altima, Subaru Legacy, Toyota Camry, Volkswagen CC, Volkswagen Passat
Points forts
  • Nouvelle lignes accrocheuse
  • Motorisations bien adaptés
  • Technologies novatrice
  • Enfin compétitives dans son segment!
Points faibles
  • Quelques plastiques durs dans l'habitacle
  • hybride uniquement dans versions plus équipés
  • Valeur de revente plus basse que les japonaises
Fiche d'appréciation
Consommation 4.0/5 l'Ajout d'une version hybride aide à l'économie d'essence
Confort 4.0/5 La Malibu est très confortable, et même les passagers arrière auront amplement d'espace.
Performances 3.5/5 Si le couple du 1,5 litre est impressionnant, c'est la puissance du 2 litre qui sera appréciée.
Système multimédia 3.5/5 MyLink s'améliore à chaque génération, et le fait d'avoir rajouté les commandes de la climatisation sur le tableau de bord (plutôt que dans l'écran tactile)
Agrément de conduite 3.0/5 Cette berline n'as jamais été reconnue pour sa maniabilité enlevante, mais la neuvième génération est légère et son volant est bien proportionné pour la conduite sportive.
Appréciation générale 4.0/5 Chevrolet a enfin une berline intermédiaire pour concurrencer ce segment très compétitif.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×