Exclusif Porsche 911 GT3 RS 2019 - Née pour la piste

Publié le 30 avril 2018 dans Premiers contacts par Gabriel Gélinas

NÜRBURGRING (Allemagne) – Les 911 GT3 RS multicolores attendent dans les puits du circuit de F1 du Nürburgring sous un ciel ombragé. Je m’installe dans l’une d’elles et le rituel classique débute : ajustement du siège, de la colonne de direction et des rétroviseurs, avant de boucler la ceinture et de la serrer fort, histoire de faire corps avec la voiture. Quand on est familier avec le cockpit d’une 911 Carrera, il est facile de retrouver ses repères à bord de la GT3 RS où la vue vers l’avant est la même, exception faite des ouvertures pratiquées dans les ailes avant et de la bande de couleur ajoutée à la position midi sur le volant.

C’est quand on démarre le moteur atmosphérique à six cylindres à plat de 4,0 litres, dérivé du moteur de compétition qui anime toutes les 911 construites par la division Motorsport de Porsche, que l’on prend instantanément conscience que cette voiture n’est pas qu’une simple 911. Le moteur prend vie avec une sonorité intense qui envahit le cockpit et tous vos sens sont en alerte pour accomplir la mission du jour : garder le bolide sur la piste en bouclant des tours du circuit F1 du Nürburgring. Pas de doute, une journée très spéciale se profile à l’horizon…

Chez Porsche, les voitures de la série GT, conçues pour la piste, sont dans une classe à part, et la GT3 RS ne fait pas exception à cette règle. Quelques jours auparavant, Kevin Estre, pilote d’usine pour Porsche dans le Championnat du monde FIA pour voitures d’endurance, a établi un nouveau record avec un chrono de 6 minutes 56 secondes et quatre dixièmes sur le célèbre Nordschleife, soit la boucle de 20,8 kilomètres comportant 73 virages que l’on surnomme « l’enfer vert ». C’est tout un exploit, puisque la 911 GT3 RS est la première voiture sport homologuée pour la route qui a réussi à passer sous la barre des sept minutes. Pour rouler aussi vite sur le plus exigeant des circuits, pilote et voiture doivent être aussi affûtés qu’une lame.

Un moteur dérivé de la compétition
La GT3 RS se démarque par un souci du détail frisant l’obsession maniaque et qui touche tous les aspects de la voiture. Le moteur est absolument sublime. La puissance maximale de 513 chevaux (SAE) arrive à 8 250 tours/minute avec coupure automatique de l’allumage à 9 000 tours/minute, alors que le couple maximal est livré à 6 000 tours/minute. La sonorité du flat-six est basse et profonde à mi-régime, mais c’est le hurlement entre 8 000 et 9 000 tours qui nous rend accros, ainsi que la réponse à la commande des gaz, instantanée.

La boîte PDK à double embrayage à sept rapports est la seule disponible sur la GT3 RS et elle est tout simplement spectaculaire. L’étagement plus serré des rapports a été choisi afin de garder le moteur sur une plage élevée de régimes, rendant la conduite très intense. Pas de doute possible, cette motorisation est vraiment d’attaque. Il suffit d’accélérer à fond à la sortie du virage Bilstein pour ensuite enchaîner la légère courbe Advan avec l’accélérateur au plancher et de monter la côte vers la chicane Veedol pour être absolument sublimé.

Un châssis plus course que route
Le châssis de la 911 GT3 RS adopte les calibrations développées pour la voiture de course de la Porsche Cup, ça signifie que les ressorts sont raffermis de 50% alors que les barres antiroulis sont assouplies, histoire de permettre à chaque roue des trains avant et arrière d’être plus indépendantes l’une de l’autre. Aussi, la GT3 RS adopte des bras de suspension dotés d’articulations à rotule, ou paliers Uniball, qui assurent une précision supérieure à celle des paliers élastocinématiques traditionnels, et la voiture ne pèse que 1 430 kilos, grâce à son toit réalisé en magnésium et ses pièces de carrosserie moulées en fibre de carbone. Sur le circuit, le mouvement du train avant est toujours bien maîtrisé et la Porsche ne bronche absolument pas, même lorsque l’on chevauche allègrement le vibreur au point de corde du virage Ravenol. Tout simplement génial.

Géniale, la direction l’est tout autant avec sa précision chirurgicale et son immense feedback. La GT3 RS reçoit également de série un système de roues arrière directrices, qui a été revu afin d’optimiser la précision, et un système vectoriel du couple faisant appel à un différentiel à régulation électronique entièrement variable qui stabilise efficacement le train arrière en sorties de virage. Cette voiture fait preuve d’une dynamique hallucinante – largement supérieure à celle des autres 911 – qui rappelle en tous points celle d’une vraie voiture de course, et elle est tout à fait l’aise sur le circuit F1 du Nürburgring.

La 911 GT3 RS possède également le physique de l’emploi avec ses éléments aérodynamiques très étudiés. Difficile de ne pas remarquer l’aileron arrière, ajustable sur trois paliers, mais même les détails sont mis à contribution comme les prises d’air de type NACA intégrées au capot avant qui assurent le refroidissement des freins avant tout en abaissant le coefficient de traînée en plus d’assurer un appui aéro sur le train avant. Les ouvertures pratiquées sur les ailes arrière servent à alimenter le moteur et produisent un effet de caisson ram-air aux vitesses plus élevées, ce qui permet au moteur atmosphérique de « respirer » au maximum, alors que le système d’échappement Sport, réalisé en titane, réduit la contre-pression et augmente la puissance. Selon les ingénieurs de Porsche, la GT3 RS génère un appui aérodynamique de 144 kilos à 200 kilomètres/heure.

La 911 GT3 RS arrive en concessions au troisième trimestre de 2018 avec un prix de départ de 213 400 $, et elle deviendra sans aucun doute une voiture de collection puisqu’elle sera vraisemblablement la dernière GT3 RS animée par un moteur atmosphérique. J’espère seulement que les acheteurs de ces voitures exceptionnelles ne les remiseront pas au garage en vue de conserver un faible kilométrage pour en faire monter la valeur marchande, mais qu’ils iront exploiter le fabuleux potentiel de performance de la GT3 RS lors de journées de lapping sur circuit pour apprécier toute l’intensité de la dynamique que cette auto est en mesure de livrer.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Porsche 911 2019
Version à l'essai GT3 RS
Prix de base 213 400 $
Prix du modèle à l'essai 213 400 $
Garantie de base 4 ans / 80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans / 80 000 km
Consommation (ville/route/observée) 19.2 / 9 / n.d. l/100km
Options n.d.
Concurrents Aston Martin Vantage, Audi R8 V10 Plus, Chevrolet Corvette ZR1, Dodge Viper, Jaguar F-Type SVR, Lamborghini Huracan Performante, McLaren 720S, Mercedes-AMG GT R
Points forts
  • Châssis dérivé de la course
  • Moteur atmosphérique fabuleux
  • Niveau exceptionnel de performances
  • Voiture de collection en devenir
Points faibles
  • Prix très élevé
  • Faible diffusion
  • Certaines options pas offertes au Canada
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 La 911 GT3 RS est très rapide sur circuit, mais la boîte à double embrayage passe les rapports rapidement en conduite sur routes balisées pour optimiser la consommation.
Confort 3.5/5 Le châssis est dérivé de celui des 911 de course développées par la division Motorsport de Porsche, mais peut adopter des calibrations plus souples pour la conduite sur route.
Performances 5.0/5 Le moteur atmosphérique à six cylindres à plat aime la haute voltige et la puissance maximale se pointe à 8 250 tours/minute.
Système multimédia 4.0/5 La GT3 RS reçoit le même système multimedia que les autres voitures de la gamme 911 Carrera.
Agrément de conduite 5.0/5 Cette voiture est intense et communicative au point de se mériter la plus haute note pour ce qui est de la dynamique.
Appréciation générale 5.0/5 Née pour la piste, la GT3 RS fait preuve d'une rare intensité qui nous porte à croire qu'elle est vivante.
Share on FacebookShare on TwitterShare on Google+Share by emailShare on Pinterest
Partager
Commentaires

🛈 En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×