Pourquoi les banques ne favorisent-elles pas le financement des véhicules électriques?

Publié le 26 décembre 2019 dans Questions des lecteurs par Antoine Joubert

Étant un chauffeur Uber, on me refuse le financement d’un véhicule électrique à 700 $ par mois alors que le coût de ma voiture actuelle (en incluant l’essence) dépasse 1200 $. Les banques ne devraient-elles pas s’ajuster à cette nouvelle réalité?

---------------------------------

Bonjour Jon,

Je comprends que les coûts d’exploitation de votre véhicule à essence sont drôlement plus élevés que ceux d’une voiture électrique. Or, les banques ne financent pas l’énergie nécessaire à l’utilisation d’un véhicule, mais bien le véhicule lui-même.

Sachez qu’il est impossible pour une institution financière de quantifier ou de calculer quelle sera l’utilisation qui sera faite du véhicule et comprenez que l’énergie d’un véhicule n’est pas non plus un bien qui peut être saisi en cas de défaut de paiement.

Les banques n’évaluent donc pas l’utilisation du bien, mais plutôt le bien lui-même. Et c’est en fonction de votre capacité à payer et de votre taux d’endettement que l’on évaluera le montant qu’il est possible de vous prêter pour l’achat d’un véhicule. Je me permets aussi d’ajouter que le coût de revient d’un véhicule électrique demeure souvent égal sinon plus élevé que celui d’une voiture à essence équivalente.

Prenez par exemple le cas d’une Kia Soul (à essence ou électrique), d’un Hyundai Kona (à essence ou électrique) ou d’une Volkswagen Golf. L’écart de prix entre le modèle à essence et l’électrique est si élevé, même en considérant les subventions, qu’il faut rouler longtemps avant de rentabiliser le déboursé supplémentaire.

En vidéo : les véhicules électriques avec la meilleure autonomie

Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×