Le prix de l’essence frôle le record

Publié le 8 octobre 2021 dans Actualité par Agence QMI

Par Jérémy Bernier

La demande grandissante de pétrole causée par un retour à la normale post-pandémique fait grimper le prix à la pompe à un niveau presque record dans certaines villes du Québec, au grand dam des automobilistes. 

Jeudi, certaines stations-service demandaient 151,9 cents le litre d’essence ordinaire à Montréal. Du côté de Québec, la plupart des établissements affichaient 149,9 cents le litre. 

D’après CAA-Québec, la dernière fois qu’un prix aussi élevé a été observé à Montréal, c’est en septembre 2012. Et il s’agissait d’un record. Dans la Vieille Capitale, le taux actuel n’a pas été dépassé depuis le record de juin 2008, où on affichait à peine 1,5 cent plus élevé qu’actuellement. 

Bien qu’il soit difficile de prévoir les fluctuations du prix de l’essence dans les prochaines semaines, il ne faudrait pas s’étonner de voir de nouveaux sommets être atteints. «Ce n’est pas encourageant du point de vue du consommateur», confirme Andrée-Anne Déry, porte-parole de CAA-Québec. 

Plusieurs facteurs en cause 

Selon le vice-président de l’Est du Canada de l’Association canadienne des carburants, Carol Montreuil, le facteur principal de cette hausse importante vient d’une demande grandissante pour le pétrole. Une demande qui est essentiellement liée à la reprise économique à l’international. 

«L’économie et les différents secteurs d’activité roulent à fond après avoir été au ralenti pendant plusieurs mois, ça met une grande pression sur la demande», explique-t-il. Au même moment, l’Europe et l’Asie se retrouvent dans une crise énergétique, après avoir misé sur de l’énergie renouvelable, mais moins fiable comme le solaire et l’éolien. 

«Ils ont été obligés de se rabattre sur le gaz naturel, mais des problèmes d’approvisionnement avec la Russie sont survenus. Comme toutes les énergies sont interreliées, ça a aussi mis une pression sur les demandes de pétrole», indique M. Montreuil.  

Et tout ça survient alors que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP+) décide de ne pas reprendre la production à un niveau semblable à celui d’avant la crise sanitaire.  

Photo: La Presse Canadienne

Des automobilistes frustrés 

Les automobilistes rencontrés par Le Journal, hier, étaient particulièrement amers. «Quand j’ai vu le prix, j’ai fait le saut. Ça n’a pas de bon sens ! On s’ennuie du temps où le gaz était à moins d’un dollar durant la pandémie», a lancé Mélissa Boucher. 

«C’est difficile parce que tout augmente, ça se rajoute aux frais d’épicerie qui augmentent, aux frais de garde qui augmentent...», déplore pour sa part Alexandra Routhier. 

Certains tentent même de trouver des trucs pour dépenser moins d’essence, considérant que la limite acceptable a été dépassée. «Habituellement, je traîne ma roulotte chaque week-end pour aller camper. Mais c’est rendu beaucoup trop cher pour me déplacer, alors je l’ai rangée», raconte Tony Archambault.

LES PRIX À LA HAUSSE DANS LA PROVINCE  

Québec  

  • Moyenne : 146,6  
  • Maximum : 149,9   

Montréal  

  • Moyenne : 148,0  
  • Maximum : 151,9   

Saguenay Lac-Saint-Jean   

  • Moyenne : 134,7  
  • Maximum : 139,9   

Sherbrooke  

  • Moyenne : 139,3  
  • Maximum : 142,9   

Trois-Rivières  

  • Moyenne : 145,1  
  • Maximum : 149,4   
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×