Porsche 911 2020 : pari réussi

Publié le 29 janvier 2019 dans Premiers contacts par Frédéric Mercier

Chaque fois que l’on dévoile une nouvelle génération de la 911 chez Porsche, on sait que l’on marche sur des œufs. Bien sûr, le constructeur a le devoir de faire évoluer le produit pour que celui-ci demeure actuel, à l’avant-garde. Les refontes sont donc inévitables.

Sauf qu’en même temps, l’histoire de la 911 est si riche et ses amateurs si passionnés que chaque changement est scruté à la loupe, puis immanquablement critiqué. Imaginez, il y en a encore qui chignent contre les moteurs refroidis à l’eau!

Avec cette huitième génération de la 911 (nom de code 992), Porsche présente un heureux mélange entre l’héritage et l’avenir. Deux roues bien campées dans la tradition, et deux autres qui se dirigent plutôt vers l’avant.

Plus grosse… et plus puissante
Au premier coup d’œil, l’air de famille entre la nouvelle 992 et ses sept ancêtres est indéniable. Des phares bien ronds à l’avant à la ligne de toit fuyante en passant par sa configuration à quatre places avec moteur arrière, la 911 2020 ne réinvente rien. La 992 poursuit la tradition lancée par Porsche en 1963.

Cela dit, il suffit de placer les modèles de 1963 et de 2020 côte à côte pour réaliser que la 911 s’est sévèrement embourgeoisée avec les années. De la petite voiture aux dimensions compactes qu’elle était, l’icône allemande est progressivement devenue un bolide imposant.

L’histoire se poursuit avec la huitième génération, qui devient la plus lourde de sa lignée malgré une utilisation plus intensive de l’aluminium. Plus longue et plus large que toutes ses devancières, la 992 adopte des feux qui se prolongent d’un bout à l’autre à l’arrière, accentuant cette impression de largeur quasi caricaturale.

Photo: Frédéric Mercier

Côté design, c’est réussi, mais reste que l’on aurait aimé voir Porsche stopper l’hémorragie de cette croissance incessante.

Pour compenser cette énième prise de poids, Porsche a retravaillé la configuration de son moteur de façon à en tirer davantage de puissance. La mécanique à six cylindres à plat biturbo de 3,0 litres de la 911 2020 développe une écurie de 443 chevaux, une hausse de 23 chevaux par rapport à la Carrera S 2019. Le couple, quant à lui, passe de 368 à 390 lb-pi.

Cette hausse de puissance est suffisante pour faire de la nouvelle 992 la 911 avec le meilleur rapport poids/puissance de l’histoire. L’honneur est sauf.

Photo: Porsche

Des débuts convaincants
Pour le moment, la 911 2020 n’est proposée qu’en versions Carrera S et Carrera 4S, la variante à quatre roues motrices. Celles-ci peuvent respectivement passer de 0 à 100 km/h en 3,5 et 3,4 secondes. Porsche affirme aussi que son nouveau bolide peut boucler le célèbre circuit de Nüburgring cinq secondes plus rapidement que la Carrera S de génération précédente.

Bien sûr, des versions survitaminées de la génération sortante comme la GT3 et la GT2 RS demeurent nettement plus performantes. Il faut comprendre que des variantes plus démentielles seront évidemment apportées au menu au cours des prochaines années. Porsche a même déjà laissé entendre qu’une variante hybride pourrait s’ajouter au portrait.

En attendant, la nouvelle Carrera S n’a absolument rien d’un modèle d’entrée de gamme. Avec des roues de 21 pouces à l’arrière et de 20 pouces à l’avant toutes chaussées de pneumatiques Pirelli P Zero, la sportive allemande semble collée à la route. Derrière son volant, chaque virage se transforme en véritable partie de plaisir.

Photo: Frédéric Mercier

La 911 2020 jouit aussi d’un système de freinage avec étriers à six pistons à l’avant et à quatre pistons à l’arrière. C’est une chose de réaliser des accélérations infernales et une vitesse de pointe de plus de 300 km/h, mais la 911 est capable de beaucoup plus que ça.

Au-delà des chiffres, il s’agit d’un modèle brillamment conçu qui est aussi à l’aise sur la route que sur la piste. Une véritable voiture sport que l’on peut assurément utiliser à longueur d’année, surtout dans sa variante à quatre roues motrices.

Très basse, la position de conduite de cette nouvelle bête est évidemment axée sur la performance. Cela n’empêche pas la 911 d’offrir une visibilité somme toute acceptable ainsi qu’un confort franchement impressionnant. Par contre, il vaut mieux tout de suite oublier les deux places à l’arrière... Même pour des enfants, celles-ci n’ont pas vraiment leur raison d’être.

La boîte automatique à double embrayage PDK passe de sept à huit rapports et demeure d’une efficacité époustouflante. Il s’agit à mes yeux de la meilleure boîte automatique de l’industrie automobile, point à la ligne. Celle-ci s’adapte comme par magie au mode de conduite sélectionné, ce qui permet à la 911 d’être à la fois docile sur la route et intraitable sur le circuit. Le meilleur des deux mondes.

Photo: Porsche

Une boîte manuelle à sept rapports demeure au menu, mais nous n’avons pas eu l’occasion de mettre celle-ci à l’essai dans le cadre de ce premier contact.

À bord, l’instrumentation a été repensée et est désormais intégrée d’une façon plus horizontale. Un clin d’œil à la 911 originale, souligne Porsche.

Beaucoup d’information passe par un écran tactile de 10,9 pouces, mais Porsche a bien pris soin de conserver plusieurs boutons physiques dans sa nouvelle 911. Encore une fois, le mariage entre tradition et modernité est bien réussi.

Photo: Frédéric Mercier

Un prix à la hausse
Vous vous en doutez, toutes ces nouveautés ont un coût. À son arrivée chez les concessionnaires cet automne, la Porsche 911 Carrera S 2020 sera vendue à un prix de départ de 129 100 $, une augmentation de 7,5% par rapport à la Carrera S de 2019. La hausse est similaire pour la 4S, qui passe de 127 900 $ en 2019 à 137 400 $ pour 2020.

Si l’on se fie aux générations précédentes, une version Carrera « ordinaire » verra le jour éventuellement, avec une facture un peu moins salée. Puis, attendez-vous à voir un paquet de variantes toutes plus rapides et excentriques les unes que les autres au cours des prochaines années.

Décidément, on n’a pas fini d’entendre parler de cette nouvelle génération de la Porsche 911! Et c’est tant mieux comme ça.

Encore une fois, Porsche a réussi son pari. Avec la 911 2020, on présente une machine d’une qualité irréprochable, comme les modèles qui l’ont précédé.

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai Porsche 911
Version à l'essai Carrera S
Fourchette de prix 129 100 $ – 137 400 $
Prix du modèle à l'essai n.d.
Garantie de base 4 ans/80 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 4 ans/80 000 km
Consommation (ville/route/observée) 11,4 / 7,9 / n.d. L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Acura NSX, Aston Martin Vantage, Audi R8, BMW Série 8, Chevrolet Corvette, Jaguar F-TYPE, Lamborghini Huracán, Mercedes-AMG GT, Nissan GT-R
Points forts
  • Tenue de route exceptionnelle
  • Design intemporel
  • Présentation intérieure réussie
Points faibles
  • Modèle toujours plus gros
  • Places arrière inutilisables
  • Hausse de prix radicale
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 On n'achète pas une 911 pour son économie d'essence, mais celle-ci n'est franchement pas si mal.
Confort 3.5/5 Les sièges sont pensés pour la conduite sportive, mais demeurent confortables au quotidien. Par contre, oubliez les places arrière.
Performances 4.0/5 Avec 443 chevaux, difficile de se plaindre. Imaginez les variantes qui suivront!
Système multimédia 4.5/5 Les informations affichées sur l'écran tactile de 10,9 pouces sont claires et faciles à consulter.
Agrément de conduite 4.5/5 Un bolide formidable, tant sur la piste que sur les routes publiques.
Appréciation générale 4.5/5 Porsche a très bien fait ses devoirs.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×