Mitsubishi Outlander 2022 : à bas la 3e rangée!

Publié le 20 août 2021 dans Essais par Guillaume Rivard

Le Mitsubishi Outlander 2022 entièrement redessiné est en quelque sorte le contraire du Subaru Forester, que nous avons qualifié de « pratique mais conservateur » au terme d’un récent essai.

Très audacieux et moderne, il marque sans contredit une énorme transformation par rapport à son prédécesseur. Par contre, après avoir passé une semaine en sa compagnie, enchaînant sorties en famille et emplettes au magasin, il nous a aussi occasionné beaucoup de frustrations. Lisez la suite pour les explications.

Trop de style, c’est comme pas assez

Ce n’était pas très difficile pour les designers de Mitsubishi de faire mieux que l’ancien Outlander, mais notre impression est qu’ils en ont fait beaucoup trop. Certes, l’Outlander 2022 affiche un beau profil, surtout avec les jantes de 20 pouces disponibles (oui, 20 pouces, imaginez le prix des pneus d’hiver!), et sa partie arrière est assez réussie. Toutefois, vu de face, il s’agit indubitablement de l’un des véhicules les plus affreux sur le marché.

Photo: Guillaume Rivard

Soulignons également au passage que le capot intègre une partie de la devanture (celle avec les barres horizontales et le logo de Mitsubishi) et qu’il est relativement lourd à ouvrir. Il n’y a pas de supports hydrauliques pour le maintenir relevé non plus, juste une simple tige conventionnelle.

Plus de bruit que d’accélération

Comme nous en avons parlé à différentes reprises, le Mitsubishi Outlander 2022 ne propose qu’un seul moteur qu’il partage avec le Nissan Rogue de nouvelle génération. Ce quatre cylindres atmosphérique de 2,5 litres développe 181 ch et un couple de 181 livres-pied, donc ne vous attendez pas à des miracles.

La consommation d’essence se chiffre en moyenne à 8,9 L/100 km, ce qui n’est pas trop mal pour un VUS compact à quatre roues motrices, tandis que la capacité de remorquage maximale s’élève à 2 000 livres (anciennement 1 500 livres avec le moteur de 2,4 litres). Le V6 de 3 litres n’est plus offert, malheureusement, lui qui pouvait tirer jusqu’à 3 500 livres.

Photo: Guillaume Rivard

Plutôt silencieux en conduite normale, l’Outlander 2022 se montre bruyant et tarde à foncer quand on décide de mettre toute la gomme – y compris en mode Tarmac (sport), qui est l’un des six proposés avec le véhicule. La boîte à variation continue ne l’aide pas, bien que sa fonction qui simule des changements de rapports soit appréciée. Et parlant de la transmission, le nouveau levier de vitesses trapu manque de précision, par exemple pour passer de la position de stationnement à la marche arrière. On finit par s’y habituer, mais ça agace quand même.

Confort avant sportivité

Pour ce qui est de la conduite, le nouvel Outlander fait du bon travail mais n’inspire rien. L’accent est clairement mis sur le confort de roulement plus que sur l’agilité, le roulis dans les courbes étant assez prononcé. Au volant, on a l’impression de conduire un gros véhicule.

Photo: Guillaume Rivard

Sur une note positive, le rouage intégral (de série) se révèle aussi efficace que transparent, tant sur chaussée sèche que mouillée ou en gravier. Les départs sont toujours francs et les virages s’effectuent en confiance. Les nombreux systèmes de sécurité active de série rassurent également, mais sans surprise, les aides à la conduite les plus sophistiquées sont réservées à la version haut de gamme GT, dont le PDSF dépasse les 41 000 $.

« L’enfer du décor »

C’est avec ce jeu de mots que l’une de mes filles, âgée de 12 ans, a décrit l’habitacle du Mitsubishi Outlander 2022. Bien sûr, le niveau de raffinement a fait un bond de géant et la présentation est superbe, de la console à l’instrumentation numérique (7 ou 12,3 pouces) en passant par l’écran central tactile (8 ou 9 pouces) et l’affichage tête haute optionnel (10,8 pouces). Les sièges sont confortables et l’espace est généreux aux deux premières rangées. Des bons points pour la visibilité aussi.

Photo: Guillaume Rivard

En revanche, l’Outlander n’est maintenant offert qu’avec sept places et la troisième rangée est un véritable cauchemar. D’abord, la manipulation des sièges médians n’est pas si simple et l’accès est très étriqué. Ensuite, l’espace pour la tête et surtout les jambes est absolument ridicule, même pour un enfant. Oui, la deuxième rangée coulissante permet d’obtenir plus de dégagement, mais oubliez ça si un adulte s’y trouve.

Le fait de ne plus avoir d’option à cinq places nous donne par ailleurs un coffre de 332 litres derrière la troisième rangée (40 litres de plus qu’avant). Il faut donc souvent baisser les dossiers… à moins que toutes les places soient déjà occupées! Au total, le volume utilitaire de l’Outlander peut atteindre 2 257 litres, ce qui devance même le roi du chargement qu’est le Honda CR-V.

Photo: Guillaume Rivard

Dernier bémol : quelques problèmes électroniques sont venus nous embêter pendant notre semaine d’essai. Une fois, les rétroviseurs n’ont pas voulu se déplier au déverrouillage du véhicule. À un autre moment, ni la télécommande ni le capteur de proximité ne fonctionnaient, si bien qu’il a fallu sortir la clé physique pour accéder à l’intérieur.

Mal positionné

Ayant abandonné le V6 comme plusieurs rivaux, Mitsubishi conserve la troisième rangée de l’Outlander pour se démarquer, mais c’est une erreur, car les compromis imposés sont trop grands.

Considérant qu’il y a deux VUS plus petits dans sa gamme (RVR et Eclipse Cross), Mitsubishi devrait agrandir l’Outlander pour en faire un vrai modèle intermédiaire et ainsi mieux répondre aux besoins des familles canadiennes ayant besoin de trois rangées. Mais pour ça, évidemment, il faudrait ramener le V6… ou plutôt emprunter celui du Nissan Pathfinder, par exemple.

Mitsubishi Outlander 2022 : cinq choses à savoir

Fiche d'évaluation
Modèle à l'essai n.d.
Version à l'essai GT S-AWC
Fourchette de prix 31 998 $ – 52 198 $
Prix du modèle à l'essai 41 678 $
Garantie de base 5 ans/100 000 km
Garantie du groupe motopropulseur 10 ans/160 000 km
Consommation (ville/route/observée) 9,7 / 7,9 / 9,0 L/100km
Options n.d.
Modèles concurrents Ford Escape 2021, Honda CR-V 2021, GMC Terrain 2021, Kia Sportage 2021, Jeep Cherokee 2021, Nissan Rogue 2021, Mazda CX-5 2021, Subaru Forester 2021, Toyota RAV4 2021
Points forts
  • Roulement doux
  • Présentation intérieure moderne
  • Rouage intégral de série efficace
Points faibles
  • Design polarisant
  • Puissance trop juste
  • Troisième rangée cauchemardesque
Fiche d'appréciation
Consommation 3.5/5 Pas trop mal pour un VUS compact à quatre roues motrices.
Confort 3.5/5 La suspension est souple. Les deux premières rangées procurent confort et espace, mais ne parlons surtout pas de la troisième.
Performances 3.0/5 Le moteur de 2,5 litres a une puissance trop juste et n’aime pas vraiment qu’on le presse.
Système multimédia 4.0/5 L’interface centrale et derrière le volant est fort jolie, mais manque un peu de simplicité.
Agrément de conduite 3.5/5 On apprécie le confort de roulement et la sécurité. Rien d’excitant, par contre.
Appréciation générale 3.0/5 Toute une évolution pour l’Outlander, mais ce VUS a besoin d’un repositionnement.
Commentaires
Share on FacebookShare on TwitterShare by emailShare on Pinterest
Partager

ℹ️ En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies telle que décrite dans notre Politique de confidentialité. ×